Les neufs portes d’Alep – Procession évocatoire (1)


Les neufs portes d’Alep – Procession évocatoire

 

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

 

Ville mémoire, ville témoin. Les hommes commencèrent à la peupler voilà 4500 ans. L’imposante citadelle de pierre qui la surplombe était, jusqu’à une époque récente, le symbole de son intemporalité, le gage de son immuabilité à travers les âges… On s’y promenait au soleil, le vendredi, le cœur plein d’une indolente confiance en la vie. Et nous pensions que la barbarie des croisades et des invasions mongoles appartenaient désormais à un passé révolu… La citadelle était devenue un site touristique, classé au patrimoine mondial de l’humanité, les Alépins étaient fiers de leur cité tranquille et sûre. Mais voici que la violence que nous avions crue définitivement enfouie, a ressurgi et que depuis deux longues années de ténèbres et de sang on se bat pour Alep, sauvagement, sans foi ni loi. Ville témoin, ville martyre, la ville se disloque, brûle, disparaît, s’efface. Alep est devenue un terrible champ de bataille, et voici la citadelle retournée à sa fonction première – celle d’une forteresse, prise dans une âpre guerre entre frères syriens, un site à occuper et à capturer, une nouvelle fois.

Vue de l'entrée monumentale de la Citadelle d'Alep. Photographie de l'auteur.


Vue de l’entrée monumentale de la Citadelle d’Alep.
Photographie de l’auteure.


Q
alat Halab : la citadelle d’Alep. C’est là qu’en l’an 1191, le théosophe Sohravardî fut condamné comme infidèle pour avoir proclamé que Dieu pouvait en tout temps susciter un prophète. Le philosophe de la Lumière, le « Shaykh al-Ishrâq », devint le « Shaykh al-Maqtûl », le Shaykh « mis à mort ». Il périt en martyr à l’âge de 36 ans. Les Alépins, jusqu’à nos jours, lorsqu’ils tournent leurs regards vers la citadelle, se souviennent de son sang, versé pour la Lumière.

Buste de Sohravardî d'Alep. Fonds privé.

Buste de Sohravardî d’Alep.
Fonds privé.

 

Sohravardî d’Alep a laissé plusieurs textes,
au nombre desquels un traité intitulé
Le bruissement des ailes de Gabriel. Il y met en scène la rencontre d’un homme avec dix Sages. Leur magnificence, leur majesté et leur chevelure de neige, l’émerveillèrent au plus haut point. L’homme, désireux d’apprendre et de comprendre, demanda alors à l’un d’eux de l’instruire :
– « A quoi occupez-vous la plupart de vos instants ? »
Et le Sage lui répondit :
– « Sache que notre travail est la couture. De plus, nous sommes, tous, les gardiens du Verbe de Dieu (Kalâm-e Khodâ) » (Sohravardî 1976, p. 229).

Les Sages à la chevelure de neige occupent la plupart de leurs instants à coudre.
Ils travaillent à relier ce qui était détaché, à remédier à la déchirure. Leur sagesse consiste à élaborer la continuité, « le produit de leur art ne peut être ni déchiré ni perforé » (Sohravardî 1976, p. 230).

Ils construisent la cohérence du monde et, par leur travail, redonnent sens aux êtres et aux choses. Lire et relire, coudre et recoudre. Recoudre les plaies béantes, retrouver du sens lorsque nous avons le sentiment de sombrer dans l’absurde… Lire et relire, coudre et recoudre… Faisons mémoire aujourd’hui de l’histoire d’Alep. Afin de saisir la gravité des événements en cours. Afin de comprendre que ce sont les racines, les fondements de l’Humain qu’on laisse aujourd’hui brûler. Faisons mémoire aujourd’hui de l’histoire d’Alep. Afin de mesurer l’ampleur du crime que l’humanité laisse depuis deux années commettre contre son propre berceau. Notre procession se déroulera tel un sombre chapelet de basalte le long de la muraille de la cité, à travers les portes d’Alep. Jadis, la muraille était perforée de 21 portes. Aujourd’hui, neuf d’entre elles subsistent encore. De la dixième, Bâb el-Salâm, la porte de la paix, au nord-ouest de la porte d’Antioche, il ne subsiste plus rien, rien qu’un lointain souvenir.

Florence Ollivry

 

Référence bibliographique :

S. Y. Sohravardî 1976, L’archange empourpré, Quinze traités et récits mystiques, traduction du persan et de l’arabe par H. Corbin, Collection « Documents spirituels », Fayard, Paris.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *