Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire (2)


Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

Vue d'Alep. Fonds privé.

Vue d’Alep.
Fonds privé.

Nous faisons halte devant la première porte. Elle a pour nom Bab al Maqâm :
la porte du sanctuaire.

Vue de la porte Bab al-Maqam. Fonds privé.

Vue de la porte Bab al-Maqam.
Fonds privé.

C’est ici, d’après les alépins, que séjourna Abraham, Ibrâhîm, le père des trois monothéismes, alors qu’il remontait le cours de l’Euphrate pour se diriger vers Égypte.
En ces lieux,le patriarche aurait trait une vache appelée « al-shahba », la grise.
C’est pourquoi les mendiants, lorsqu’ils font appel au bon cœur des passants alépins disent parfois : « Halab Abraham », « Abraham a trait sa vache ». D’où, selon certains, le nom de la ville d’Alep : « Halab al-Shahba », il a trait la blanche. Le nom d’Alep revêt une signification à la fois sainte et terre à terre, un caractère qui relève autant du sacré que de la subsistance quotidienne. « C’est une ville de lait et de marbre, rien ne nourrit davantage l’esprit d’Alep que sa cuisine et ses pierres » (La Syrie, terre des minarets en ruines et des petites filles décapitées, http://www.slate.fr).

Mosquée d'Abraham.  Fonds privé.

Mosquée d’Abraham.
Fonds privé.

Florence Ollivry


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *