Prolongation de l’exposition « Voués à Ishtar » à l’Institut du Monde Arabe, Paris.

Mis en avant

Voués à Ishtar

Syrie, janvier 1934, André Parrot découvre Mari

 

Prolongation de l’exposition jusqu’au 20 mai 2014

Après qu’en août 1933 des bédouins aient trouvé à Tell Hariri une statue de type sumérien, l’archéologue André Parrot est missionné par le musée du Louvre afin de mener une exploration qui devait conduire à une découverte majeure pour la connaissance des cités anciennes du Proche-Orient des IIIe et IIe millénaires av. J.-C. test

Au 31e jour de sa campagne, le 23 janvier 1934, André Parrot dégage la statuette d’un homme, représenté debout et les mains jointes, avec une inscription sur l’épaule qui le nomme Ishqi, roi de Mari. Ainsi était identifiée la ville qui allait être fouillée jusqu’en 2011 par une mission française puis franco-syrienne, conduite successivement par André Parrot, Jean-Claude Margueron et Pascal Butterlin.

Au titre du partage des fouilles entre le musée du Louvre et les Antiquités de Syrie, la statue d’Ishqi-Mari échut au musée d’Alep. Sa mise en dépôt à l’Institut du monde arabe à l’occasion du réaménagent de son musée, a donné l’idée de célébrer le 80e anniversaire de la découverte du site en la réunissant avec les pièces aujourd’hui conservées au Louvre, elles aussi issues du périmètre du temple d’Ishtar, la déesse sémitique de l’amour et de la guerre.

Ces œuvres, associées aux documents et photographies inédites prises à l’époque par les membres de la mission, font revivre les moments forts de cette histoire, tout autant scientifique qu’humaine. L’exposition, organisée avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre, offre également l’opportunité de présenter le résultat des recherches et des interprétations récentes, en termes d’architecture, d’iconographie et d’épigraphie.

 

Cette exposition est réalisée avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre et le concours de la mission archéologique de Mari.

    

Article tiré du site web de l’IMA : https://www.imarabe.org/activites-evenements/collections-expositions/expositions/voues-ishtar-syrie

 

LE PATRIMOINE SYRIEN EN PERIL

Mis en avant

Le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a décidé, le 20 juin 2013, d’inscrire tous les sites de la République arabe syrienne, de label Unesco, sur la liste du patrimoine en péril, afin de sensibiliser l’opinion mondiale. Cette mesure exceptionnelle s’avère, pourtant, insuffisante… Ce colloque se propose d’engager une réflexion qui permettra de définir des actions pour la sauvegarde de ce patrimoine en péril. Il débutera par l’exploration de la dimension matérielle, historique et symbolique du patrimoine syrien, et par un état des lieux de celui-ci et des institutions qui en sont chargées en Syrie, avant et depuis l’éclatement du conflit.

Seront abordées ensuite, les actions qui sont d’ores et déjà menées pour la protection de ce patrimoine par différents groupes d’acteurs, relevant des secteurs associatifs ou institutionnels.

Enfin, ce colloque se clôturera par une réflexion sur la manière dont un groupe d’experts, venus d’horizons divers, pourrait œuvrer à préparer l’après conflit, à la lumière d’autres expériences dans le monde.

COLLOQUE A L’INSTITUT DU MONDE ARABE  LE MERCREDI 30 AVRIL 2014 – 11H / 18H – AUDITORIUM (NIVEAU -2)

Entrée libre dans la limite des places disponibles


PROGRAMME

11h-13h

– Allocution de M. Jack Lang, président de l’IMA

1ère séance : La dimension matérielle, historique et symbolique du patrimoine syrien et état des lieux avant et depuis la révolution

Séance animée par Christophe Ayad, journaliste au Monde, auteur d’une enquête sur le patrimoine syrien, « L’autre drame syrien » (Le Monde, 23/1/2014).

Michel al-Maqdissi, docteur ès lettres de la Sorbonne en archéologie orientale : Dimension historique et symbolique du patrimoine syrien ; et situation de l’archéologie avant 2011.

Sophie Cluzan, conservatrice du Patrimoine au Musée du Louvre, département des Antiquités orientales : Considérations générales sur l’état du patrimoine syrien jusqu’en 2011 : institutions concernées, état des musées, sites en péril, sites classés UNESCO, etc.

Lecture de points du rapport de la DGAMS

Cheikhmous Ali, docteur en archéologie du Proche-Orient ancien : La veille sur le patrimoine syrien et l’état des musées, sites, monuments en avril 2014.

Jacques Montluçon, ingénieur : Les savoir-faire syriens : un patrimoine immatériel en grand danger.

Annie Sartre, professeur des Universités en Histoire ancienne : Le Hauran, l’état de son patrimoine avant les événements. Pourquoi faut-il le protéger et quelles sont les erreurs à ne pas perpétuer ?

14h30 – 16h00

2ème séance : Les actions menées par divers organismes et associations

Nada el-Hassan, Chef d’Unité des Etats arabes – Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO : Patrimoine en péril, approches et actions de l’UNESCO

Samir Abdulac, secrétaire général de l’ICOMOS France (conseil international des monuments et des sites) : Actions de l’ICOMOS pour l’aide à la sauvegarde du patrimoine syrien.

Jad Tabet, architecte, vice-président de Patrimoine sans frontières : La démarche de Patrimoine sans frontières.

Rijad  Mehmedi, archéologue, doctorant en archéologie du Proche-Orient ancien (Strasbourg) : Actions des associations de sauvegarde du patrimoine syrien.

Pierre Leriche, directeur du projet franco-syrien de Doura Europos : L’aspect patrimonial de l’action de la Mission franco-syrienne d’Europos Doura.

Pascal Butterlin, professeur d’archéologie à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne et directeur de la mission archéologique française de Mari : Les mesures de  sauvegarde à Mari depuis trois ans.

16h30-18h

3ème séance : Table-ronde

Vers la constitution d’un groupe d’experts

Présidée par Sophie Cluzan et Annie Sartre Participants : Sophie Cluzan, Annie Sartre, Samir Abdulac, Michel al-Maqdissi, Cheikhmous Ali, Jacques Montluçon et Pascal Butterlin.

 

 

Ce même 30 avril, l’Institut du monde arabe inaugure (à 18h30) une exposition d’art contemporain intitulée « Syrie : Cris-action, artistes en création » et organisée avec l’association Démocratie et Entraide en Syrie (salle d’actualité, niveau 0, jusqu’au 22 juin). Entrée libre.

Article tiré du site web de l’IMA et disponible à cette adresse : https://www.imarabe.org/colloque/le-patrimoine-syrien-en-peril

Les neufs portes d’Alep – procession évocatoire (3)

Mis en avant

Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

Fonds Privé

Fonds Privé


Deuxième porte, Bâb Antakya : La porte d’Antioche.

Antioche : c’est là que naquit l’évêque syrien Jean Chrysostome en 359. Non loin de là vécurent de pieux ascètes, tel Saint Siméon. Alep peut témoigner des premiers pas du christianisme ; les fondations de la cathédrale arménienne des quarante martyrs dateraient du IVe siècle, et  certaines de ses communautés parlent encore le syriaque ou le chaldéen. On dénombre onze rites chrétiens distincts à Alep, monophysites ou nestoriens, arméniens, grecs ou romains, syriaques, chaldéens, orthodoxes, catholiques ou protestants. Les calendriers julien et grégorien coexistent ; les fêtes de Noël, de l’épiphanie et de Pâques ne sont pas célébrées par tous au même moment. Mais le vendredi saint, une procession d’église en église permet de tisser un lien symbolique entre toutes les communautés chrétiennes de la ville.

Jdeidé - Sahat Farhat. Fonds privé.

Jdeidé –
Sahat Farhat.
Fonds privé.

Alep est rythmée par les calendriers justiniens et grégoriens, et par le calendrier lunaire hégirien. Elle jeûne pendant le carême, elle jeûne pendant le ramadan. Elle célèbre la Pâque et l’Aïd el-Kébir. Point de cacophonie. Le jour de la Saint Georges, les musulmans se rendent eux-aussi à l’église et viennent reconnaître les bienfaits d’un saint qu’ils mettent au nombre des amis de Dieu. Aux calendriers chrétiens et musulmans s’ajoute le calendrier yézidi, dont l’histoire remonte à l’époque de Sumer. Le 21 mars y marque le début de la nouvelle année. Le premier mercredi d’avril, le « mercredi rouge », les yézidis humectent leur visage de rosée du matin, peignent des œufs de couleur, répandent des coquilles d’œuf dans les champs et font des dons de pain ou de viande.

Le cœur de la ville vibre au rythme de la lune, du soleil, des calendriers musulmans, chrétiens ou yézidis. Au fil des siècles, ses pierres ont appris bien des langues : elle parle l’arabe, le syriaque, l’arménien, le chaldéen, le kurde…

Si Alep est devenue à ce point riche et métisse, c’est qu’elle est, parmi toutes, l’Hospitalière. Abû Firâs al-Hamadânî, après avoir « parcouru le monde, Orient et Occident » écrit que ses « regards ont vu tous les horizons, et que nulle part il n’a trouvé ville aussi hospitalière qu’Alep ».

Nombreux sont ceux qui vinrent y trouver refuge… Les arméniens, par vagues successives l’ont peuplée depuis le XIe siècle, fuyant d’effroyables massacres. Habiles de leurs mains, ils apportèrent à Alep leurs savoir-faire de boulangers, bijoutiers, plombiers, coiffeurs, médecins, photographes, musiciens, menuisiers, tailleurs…

Jdeide -  Vieux quartier arménien. Fonds privé.

Jdeide –
Vieux quartier arménien.
Fonds privé.

Au XIXe siècle, Alep accueillit des Tcherkesses, descendants des tribus musulmanes du Caucase rejetées par l’avancée russe en Asie. Ils rejoignirent d’autres Tcherkesses alépins, établis dans la ville depuis le XVIe siècle, vaillants esclaves mamelouks venus prêter main forte au sultan « Al-Ghouri ». Les Tcherkesses ont conservé la mémoire orale de leur langue, l’adiga, de leur musique, de leurs somptueuses danses caucasiennes.

La communauté syriaque, l’une des plus anciennes de la ville, s’est agrandie dans les années 1920 lorsque les syriaques qui vivaient à Ourfa se réfugièrent à Alep et improvisèrent un baraquement qui devint le « vieux » quartier syriaque de la ville, « syrianqadîmé ».

Récemment, Alep servit de refuge aux habitants de Mossoul et de Bagdad, fuyant l’Irak suite à l’invasion américaine de 2003. L’accent irakien lui devint familier.

Mais depuis de longs mois, tous ceux qui avaient pu trouver refuge à Alep ont compris qu’elle ne les protégerait plus. Ils ont dû prendre le chemin de l’exode et repartir sur les routes. Alep n’est plus d’aucun secours. Elle connait jour après jour une hémorragie qui la vide de son âme et de son histoire.

Florence Ollivry

 

« I think that all art work is political », by Fahed Halabi

Mis en avant

Born on the Golan Heights – “Israel” my work reflects the socio-political context in which I was born as an Arab-Syrian artist. As a person who has lived his whole life between two worlds, the question of identity is the principal question with which I deal. My personal reality confronts daily with dilemmas of identity. On one hand the Arab, Eastern culture in which I was born and grew up and on the other, the western culture to which I was exposed in the last years.

Living on this boarder, is a tiring and exhausting position, however on the other hand and at the same time, it is a challenging and inquisitive situation which often exposes me to new questions and challenges.

Through dealing with this question of identity I try to examine the dimensions of the conflict between these two cultures. This conflict is expressed in various forms: political, economical and social.
On the social level I deal with the sexual and gendered dimension, in the relation between the cultures. This sexual dimension could reflect, in a sensitive and honest way, the small, hidden and important cultural nuance existing all at the same time.

Art for me is not a game, it is part of my reality and my life, as it reflects reality in a sophisticated, sensitive and esthetic way. However talent is the degree of the ability to express what occupies my thoughts, feelings and mind. In my work I often apply either black humor or stinging irony which is amusing and sad at the same time.

My principal medium is painting and video art however in my work I am loyal to neither one style nor one technique; therefore I always try to discover other styles, techniques and mediums. Indeed there is always either a hidden or a manifested connecting line between my works. The crossing between the different mediums and techniques resembles my own crossing between the various physical worlds in which I live. There is always a position of interrogation and search, a position of uncertainty.

Furthermore, I am concerned by other issues related to questions of identity- such as the issue of religion and the situation of women within the religion. Question related to political, national and ethnical background, behavioral patterns and all the cultural characteristics and codes by which every human group is defined, either on an individual level or in the relation between the group and the other.

Main Challenges in my Career:
Being an Arab artist who was born into a religious Druz family in Magdal Shams on the Golan Heights, occupied by Israel for over 44 years, is the first and central challenge. In many ways it is a small, enclosed and fanatic world constantly confronting me with concrete challenges in relation to the ‘bigger world’. My first exit from the village involved an ongoing adventure which continues taking place to this day. This adventure has a great influence on details of my life and further encloses me in the tiring, exhausting and severs conflict, even if interesting. This adventure represents the tension between the world which is “small, known and safe” thus the village and the big world which is open, wide and insecure. In my situation I always have to pay a double price to be an artist. It is expressed in all my life aspects including the social, political and economical ones. Through my first move from the village to Tel Aviv I discovered, from all its aspects, a vaster yet complex world. Through my second move to Europe, the challenges became even greater and confronted me with larger difficulties. Here in Europe I am expected to start my career all over again.

Fahed Halabi

You may download the Artist Portfolio (2011) of Fahed Halabi and discover more about his art and thoughts.
For more information, please visit the blog of Fahed Halabi.

Call for project « Sculpture »

Mis en avant

Oeuvre de Mustafa Ali "Between two walls". From http://europia.org

Sculpture of Mustafa Ali
« Between two walls ».
From http://europia.org

The team SyrieCult opens a first call of project through its blog about the Syrian Cultural Heritage. We are looking for sculptors who are able to suggest artistic creative objects with uncluttered shapes in order to be exhibit in Art deco style ‘s rooms. Expressions of flora, fauna, landscape and craftmanship hands are favored, but other suggestions are not excluded. The sculptural projects would be discussed and evaluated by and for a French luxury group for the valorization of its heritage. All the sculptures will be either bought or rented for a period from 3 to 15 months.

Please, send us pictures, detailed presentation of the item and an artistic portfolio before August, 31st, 2013.

Contact : SyrieCult
syriecult@gmail.com
FB : Syrie Cult or Patrimoine Culturel Syrien

« Rituel pour une métamorphose »

Mis en avant

Fonds de la Comédie-Française

Fonds de la Comédie-Française

 

Rituel pour une métamorphose est une pièce de théâtre qui fut écrite en 1994 par le dramaturge syrien Saadallah Wannous (1941-1997) ; elle a été traduite en français par Rania Samara qui collabora à la version scénique aux côtés de Suleyman Al-Bassam, metteur en scène, à l’occasion de son entrée au répertoire de la Comédie-Française.

 

Pour celles et ceux qui n’ont pu assister à sa représentation au théâtre du Gymnase de Marseille (du 29 avril au 7 mai 2013) ou à la Comédie Française de Paris (18 mai au 11 juillet 2013), vous trouverez ci-dessous une série de documents qui présentent l’œuvre engagée de Saadallah Wannous.

Biographie de l’auteur :
Saadallah Wannous est né en 1941 près de Tartous, en Syrie. Après des études de journalisme au Caire, il écrit pour les pages culturelles du journal Al-Baath en Syrie et As-Safir au Liban, tout en commençant une carrière d’auteur dramatique. À la fin des années 1960, il part étudier le théâtre à Paris. À son retour à Damas, profondément influencé par divers courants théâtraux européens, il milite en faveur d’un théâtre mêlant traditionet modernité, et participe à la création du premier festival de théâtre du monde arabe. Il fonde, à la fin des années 1970, l’Institut supérieur du théâtre de Syrie, ainsi qu’une revue, La Vie théâtrale, dont il devient rédacteur en chef. Partisan d’un théâtre politique, en prise avec la société, ses pièces se veulent émancipatrices et explorent sans concession les liens entre l’individu et le pouvoir. Considéré comme l’un des plus grands hommes de théâtre de langue arabe, il meurt prématurément d’un cancer en 1997.
(biographie tiré du site de la Comédie-Française)

Résumé de la pièce :
Pour rétablir son autorité et celle de la religion, le mufti de Damas tend un piège au prévôt des marchands, Abdallah, qu’il fait surprendre en flagrant délit de débauche avec Warda, une courtisane. Puis, pour confondre le chef de la police qui a procédé à l’arrestation, il demande à Mou’mina, la femme du prévôt, de se substituer en cachette à la courtisane emprisonnée. Le prix demandé par Mou’mina en échange de cette humiliation va bouleverser de fond en comble l’équilibre social de la ville : se libérer enfin du poids de son mariage en choisissant la vie de courtisane. Avec son corps, du seul fait de sa beauté, de sa séduction et de son intelligence, Mou’mina, devenue Almâssa (le diamant), va défier et déjouer l’hypocrisie des mécanismes de domination entretenus par les hommes, et mettre ces derniers face à leurs contradictions les plus intimes. Elle paiera le prix fort du chaos qu’elle a engendré.
(résumé tiré du site de la Comédie-Française)

Documents en pdf à télécharger :
Dossier de presse établi par la Comédie-Française : Rituel pour une métamorphose
Dossier thématique issu du programme établi par la Comédie-Française :
L’Orient et le répertoire de la Comédie-Française
Dossier image établi par la Comédie-Française : La pièce en images
Dossier pédagogique établi par Cécile Roy-Fleury et édité par le CRDP de Paris :
Pièce (dé)montée, n°163, mai 2013

Web reportage :

Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire (2)

Mis en avant


Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

Vue d'Alep. Fonds privé.

Vue d’Alep.
Fonds privé.

Nous faisons halte devant la première porte. Elle a pour nom Bab al Maqâm :
la porte du sanctuaire.

Vue de la porte Bab al-Maqam. Fonds privé.

Vue de la porte Bab al-Maqam.
Fonds privé.

C’est ici, d’après les alépins, que séjourna Abraham, Ibrâhîm, le père des trois monothéismes, alors qu’il remontait le cours de l’Euphrate pour se diriger vers Égypte.
En ces lieux,le patriarche aurait trait une vache appelée « al-shahba », la grise.
C’est pourquoi les mendiants, lorsqu’ils font appel au bon cœur des passants alépins disent parfois : « Halab Abraham », « Abraham a trait sa vache ». D’où, selon certains, le nom de la ville d’Alep : « Halab al-Shahba », il a trait la blanche. Le nom d’Alep revêt une signification à la fois sainte et terre à terre, un caractère qui relève autant du sacré que de la subsistance quotidienne. « C’est une ville de lait et de marbre, rien ne nourrit davantage l’esprit d’Alep que sa cuisine et ses pierres » (La Syrie, terre des minarets en ruines et des petites filles décapitées, http://www.slate.fr).

Mosquée d'Abraham.  Fonds privé.

Mosquée d’Abraham.
Fonds privé.

Florence Ollivry

Balade dans le quartier de Sarouja, Damas

Mis en avant

Le quartier de Sarouja se situe en plein cœur de la ville de Damas. Au bord de l’axe routier principal qui découpe la ville, il est mitoyen de quartiers beaucoup plus modernes comme Bahsa, zone dédiée aux professionnels du numérique au milieu desquels se dresse le Centre Culturel Français.

Photographie All About Damascus كل شي عن الشام

Photographie All About Damascus كل شي عن الشام

 

De nombreuses maisons arabes traditionnelles, encore habitées, jonchent les rues étroites, sinueuses et entrecroisées qui proposent aux passants une promenade animée dans cette partie du vieux Damas.

 

 

Mais la configuration architecturale, urbaine et sociale de ce quartier est surprenante.
Par exemple, les façades anciennes, dont la structure en bois est recouverte de terre crue, sont accolées aux bâtiments en béton qui abritent l’activité des informaticiens et des cafés internet. De petits commerçants – des épiceries, une boulangerie, un boucher, la cuisine gastronomique locale d’Abou ‘Abdo, un restaurant traditionnel de fèves et de pois chiches, un marchand itinérant de fruits et légumes, des snacks divers (sandwichs, pizza et saj), des coiffeurs, des vendeurs de gaz et d’essences de parfum, des antiquaires, des hôtels, le hammam El Ward – rythment la vie sociale et culturelle du souk Sarouja.
Les cafés qui prennent place dans des échoppes et dans une immense maison arabe sont les points de rendez-vous des shababs (les jeunes), des étudiants et des touristes qui apprécient particulièrement les lieux.

Photographie All About Damascus كل شي عن الشام

Photographie All About Damascus كل شي عن الشام

Combien de narguilé nous y avons fumé après le vernissage d’une exposition artistique, d’un film ou d’un cours de français au CCF ? Combien de soirées football nous avons passé agglutinés les uns aux autres ? Combien de thé et de kamoun (infusion au cumin et au citron) nous avons bu l’hiver pour nous réchauffer ? À Combien de mini concerts improvisés de oud et de chants nous avons assisté ?

Une convivialité et des souvenirs inoubliables !

Visite de Sarouja à travers des photographies : All About Damascus كل شي عن الشام

Visite de Sarouja à travers des aquarelles : PITCH-COMMENT

Art et valorisation du patrimoine de Sarouja : Galerie Flickr de l’Institut Français du Proche-Orient à Damas

 

Évènement : Cinémas Arabes/IMAG’IMA

Mis en avant

Ouverture le vendredi 28 juin à l’Institut du Monde Arabe (Paris) du Festival des Cinémas Arabes/IMAG’IMA. Une trentaine de films de conception et de format variés (du long métrage au documentaire et au film d’animation), réalisés entre 2011 et 2013, sera présentée jusqu’au mercredi 3 juillet 2013 à l’Auditorium Rafik Hariri.

Parmi des réalisations issues de l’ensemble du monde arabe, la création syrienne sera représentée par cinq films dont voici la programmation :

Samedi 29 juin à 17h15
Le Bon, le mauvais et le sadique (The good, the bad and the sadistic)
de Ibrahim Ramadan, 2012 (Couleur, DCP, 10’), Court/Animation.
(Muet)

Dimanche 30 juin à 15h00, dans le cadre d’IMAG’IMAKID (films pour enfants)
Jour Sourd
de Rana Kazkaz et Anas Khalaf, 2012 (Couleur, Béta numérique, 14’), Court/Drame fiction
avec Soulaf Fawakherji, Laith Tala.
(Arabe, sous-titré français)

Electrostatique
de Sawsan Nourallah, 2012 (Couleur, Blu-ray, 3’04), Court/Animation.
(Muet)

Dimanche 30 juin à 17h00
Le Chien (Al Kalb)
de Farès Cachoux, 2013 (Couleur, Blu-ray, 20’), Court/Drame fiction
avec Bachar Moqayed, Fares Cachoux et Aliaa Khachouk.
(Arabe, sous-titré français)

One Hand (Id wahde)
de Wael Toubaji, 2013 (couleur, Blu-ray, 3’09), Court/Animation.
(Muet)

Le synopsis de chaque film, la biographie des auteurs, ainsi que le programme complet est disponible depuis le site de l’IMA.

 

Les neufs portes d’Alep – Procession évocatoire (1)

Mis en avant


Les neufs portes d’Alep – Procession évocatoire

 

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

 

Ville mémoire, ville témoin. Les hommes commencèrent à la peupler voilà 4500 ans. L’imposante citadelle de pierre qui la surplombe était, jusqu’à une époque récente, le symbole de son intemporalité, le gage de son immuabilité à travers les âges… On s’y promenait au soleil, le vendredi, le cœur plein d’une indolente confiance en la vie. Et nous pensions que la barbarie des croisades et des invasions mongoles appartenaient désormais à un passé révolu… La citadelle était devenue un site touristique, classé au patrimoine mondial de l’humanité, les Alépins étaient fiers de leur cité tranquille et sûre. Mais voici que la violence que nous avions crue définitivement enfouie, a ressurgi et que depuis deux longues années de ténèbres et de sang on se bat pour Alep, sauvagement, sans foi ni loi. Ville témoin, ville martyre, la ville se disloque, brûle, disparaît, s’efface. Alep est devenue un terrible champ de bataille, et voici la citadelle retournée à sa fonction première – celle d’une forteresse, prise dans une âpre guerre entre frères syriens, un site à occuper et à capturer, une nouvelle fois.

Vue de l'entrée monumentale de la Citadelle d'Alep. Photographie de l'auteur.


Vue de l’entrée monumentale de la Citadelle d’Alep.
Photographie de l’auteure.


Q
alat Halab : la citadelle d’Alep. C’est là qu’en l’an 1191, le théosophe Sohravardî fut condamné comme infidèle pour avoir proclamé que Dieu pouvait en tout temps susciter un prophète. Le philosophe de la Lumière, le « Shaykh al-Ishrâq », devint le « Shaykh al-Maqtûl », le Shaykh « mis à mort ». Il périt en martyr à l’âge de 36 ans. Les Alépins, jusqu’à nos jours, lorsqu’ils tournent leurs regards vers la citadelle, se souviennent de son sang, versé pour la Lumière.

Buste de Sohravardî d'Alep. Fonds privé.

Buste de Sohravardî d’Alep.
Fonds privé.

 

Sohravardî d’Alep a laissé plusieurs textes,
au nombre desquels un traité intitulé
Le bruissement des ailes de Gabriel. Il y met en scène la rencontre d’un homme avec dix Sages. Leur magnificence, leur majesté et leur chevelure de neige, l’émerveillèrent au plus haut point. L’homme, désireux d’apprendre et de comprendre, demanda alors à l’un d’eux de l’instruire :
– « A quoi occupez-vous la plupart de vos instants ? »
Et le Sage lui répondit :
– « Sache que notre travail est la couture. De plus, nous sommes, tous, les gardiens du Verbe de Dieu (Kalâm-e Khodâ) » (Sohravardî 1976, p. 229).

Les Sages à la chevelure de neige occupent la plupart de leurs instants à coudre.
Ils travaillent à relier ce qui était détaché, à remédier à la déchirure. Leur sagesse consiste à élaborer la continuité, « le produit de leur art ne peut être ni déchiré ni perforé » (Sohravardî 1976, p. 230).

Ils construisent la cohérence du monde et, par leur travail, redonnent sens aux êtres et aux choses. Lire et relire, coudre et recoudre. Recoudre les plaies béantes, retrouver du sens lorsque nous avons le sentiment de sombrer dans l’absurde… Lire et relire, coudre et recoudre… Faisons mémoire aujourd’hui de l’histoire d’Alep. Afin de saisir la gravité des événements en cours. Afin de comprendre que ce sont les racines, les fondements de l’Humain qu’on laisse aujourd’hui brûler. Faisons mémoire aujourd’hui de l’histoire d’Alep. Afin de mesurer l’ampleur du crime que l’humanité laisse depuis deux années commettre contre son propre berceau. Notre procession se déroulera tel un sombre chapelet de basalte le long de la muraille de la cité, à travers les portes d’Alep. Jadis, la muraille était perforée de 21 portes. Aujourd’hui, neuf d’entre elles subsistent encore. De la dixième, Bâb el-Salâm, la porte de la paix, au nord-ouest de la porte d’Antioche, il ne subsiste plus rien, rien qu’un lointain souvenir.

Florence Ollivry

 

Référence bibliographique :

S. Y. Sohravardî 1976, L’archange empourpré, Quinze traités et récits mystiques, traduction du persan et de l’arabe par H. Corbin, Collection « Documents spirituels », Fayard, Paris.

 

Un danseur syrien sur Britain’s Got Talent

Falah Hassan, jeune danseur syrien au nom de scène Poppin’ Ron, illustre son talent sur Britain’s Got Talent au cours de la 6e semaine d’audition.

Poppin Ron, poppin and a lockin on the BGT stage | Week 6 Auditions
Britain’s Got Talent 2013

 

La presse anglaise raconte l’histoire de Falah Hassan :

Unreality TV, 19 mai 2013, Britain’s Got Talent 2013: Falah Hassan aka Poppin’ Ron reveals his parents were butchered in Syria under Bashar al-Assad’s evil regime, par TV Writer Lynn.

MailOnline, 19 mai 2013, ‘My brother and I were saved by angels’: Britain’s Got Talent dancer Falah Hassan reveals how his neighbours helped him flee after his parents were murdered in Syria, par Shari Miller.

Mirror, 19 mai 2013, Britain’s Got Talent dancer Falah Hassan reveals his parents were butchered in Syria, par Nathalie Edwards.


Facebook
: Poppin’ Ron.

 

Un chanteur syrien sur Arab Idol

Abdel Karim Hamdan. Photographie de jtmagz.com

Abdel Karim Hamdan.
Photographie de jtmagz.com

 

L’Alépin Abdel Karim Hamdan chante les souffrances de la Syrie, à travers une chanson qu’il a composée et interprétée devant le jury de Arab Idol.
La prestation de sa chanson « Alep, source de douleur » a eu un écho dans le monde entier.

Visualiser et écouter : Alep, source de douleur
                                    Audition à Arab Idol

 


Titres de presse
:

L’Express, 5 mai 2013, Sur Arab Idol, un jeune chanteur syrien bouleverse le monde arabe, par Erwan Morice.

JOL Press, un autre regard sur le monde, le 9 mai 2013, « Arab Idol » : un jeune Syrien chamboule les téléspectateurs, par Louise Michel D.

Facebook : AbdelKarimHamdanOfficial.

Safwan Dahoul à Londres

Safwan Dahoul,  'Dream 61', 2013, Acrylic on Canvas, 180 X 200 cm. Photographie : Ayyam Gallery.

Safwan Dahoul, ‘Dream 61’, 2013,
Acrylic on Canvas, 180 X 200 cm.
Photographie : Ayyam Gallery.

L’artiste Safwan Dahoul expose son art à Londres :
Gulf Times, 13 mai 2013, Angel of Damascus in distress for Syria, par Denise Marray.

Safwan Dahoul, Repetitive Dreams, May 9 –June 15, 2013, Ayyam Gallery London
and Edge of Arabia, May 8 –June 2.
www.ayyamgallery.com
www.edgeofarabia.com

Présentation en anglais de l’exposition : Ayyam Gallery, London.

Safwan Dahoul : www.safwandahoul.com

 

Bab Sharqi, Damas… Carrefour de souvenirs, paradis du présent et promesse de l’avenir !


باب شرقي … تقاطع زكريات و جنة الحاضر و المستقبل

Vue de Bab Sharqi. Photographie de Ziad Salloum.

Vue de Bab Sharqi.
Photographie de Ziad Salloum.

باب شرقي و مين ما بيعرف باب شرقي ، بلشت كتير قصص هونيك و انتهت قصص هونيك ، مشينا و مشينا ، ضحكنا و بكينا، رحنا و أجينا ، باليل و بالنهار و دايمن من باب شرقي … ما رح أحكي عن كل القصص بكل الأديان عن هالمكان ، يمكن موهالمرة … المحبة ألي بقلبنا كلنا و الزكريات كلياتا بهالمكان أهم و أحلى من أيا قصص و أي أساطير ، من لما خلقت سوريا باب شرقي كان، ,، فيو عشنا من يوم ألي خلقنا اسلام و مسيحية و يهود، سوريين و مبسوطين، مع المشاكل و مع الفقر عايشين و مع بعض قدرانين نكمل مبسوطين

Vue de Bab Sharqi depuis la Rue Droite. Photographie de Adam Warda.

Vue de Bab Sharqi, depuis la Rue Droite.
Photographie de Adam Warda.

 

L’expression par l’art !

Syrie : l'art en armes. Couverture du livre, d'après une œuvre de Ahmad Ali.

Syrie : l’art en armes.
Couverture de l’ouvrage, d’après une œuvre de Ahmad Ali.

La production artistique des syriens, une arme pour exprimer leur opinion et soutenir la contestation populaire :

Articles de presse édités suite à la publication de l’ouvrage Syrie : l’art en armes, par Delphine Leccas (Éditions de la Martinière, Le Monde, janvier 2013) et à l’exposition-vente aux enchères SyriArt des œuvres de 61 artistes syriens à l’Institut du Monde Arabe :

Francetv, 16 janvier 2013, Des artistes mobilisés contre la répression en Syrie.

Ouest France, 17 Février 2013 : Syrie l’art en armes.

ActuaLitté, les univers du livre, 20 janvier 2013, Syrie : l’art en armes et la création sous les bombes, par Antoine Oury. Interview de Delphine Leccas disponible sur le même lien.

Le quotidien de l’art, 22 Février 2013, Les artistes se mobilisent pour la Syrie à l’IMA, par Emmanuelle Lequeux.

The National, 7 mars 2013, The Syrian artists using their medium as a weapon,
par Tahira Yaqoob.

Stradda, avril 2013 : Kiosque : Syrie, l’art en armes.

Actuphoto, actualité photographique, 29 avril 2013, « Syrie l’art en armes », Le combat d’Artistes Syriens Expatriés, par Louise Leclerc. Article disponible aussi sur BabelMed.

Interviews et émissions de Radio :
Vous m’en direz des nouvelles !, rfi, Exposition SyriArt 1 (17/01/2013) : Podcast
Vous m’en direz des nouvelles !, rfi, Exposition SyriArt 2 (17/01/2013) : Podcast
Le 12-14, France info (17/01/2013).
Nouvelles du Monde (1), France Culture, Artistes Syriens (21/01/2013).
La Grande Table (2e partie), France Culture (21/01/2013).
Le 6/9, i>Télé Culture (21/01/2013).
Les Unes de la presse, BFM TV Première édition (31/01/2013).