Prolongation de l’exposition « Voués à Ishtar » à l’Institut du Monde Arabe, Paris.

Mis en avant

Voués à Ishtar

Syrie, janvier 1934, André Parrot découvre Mari

 

Prolongation de l’exposition jusqu’au 20 mai 2014

Après qu’en août 1933 des bédouins aient trouvé à Tell Hariri une statue de type sumérien, l’archéologue André Parrot est missionné par le musée du Louvre afin de mener une exploration qui devait conduire à une découverte majeure pour la connaissance des cités anciennes du Proche-Orient des IIIe et IIe millénaires av. J.-C. test

Au 31e jour de sa campagne, le 23 janvier 1934, André Parrot dégage la statuette d’un homme, représenté debout et les mains jointes, avec une inscription sur l’épaule qui le nomme Ishqi, roi de Mari. Ainsi était identifiée la ville qui allait être fouillée jusqu’en 2011 par une mission française puis franco-syrienne, conduite successivement par André Parrot, Jean-Claude Margueron et Pascal Butterlin.

Au titre du partage des fouilles entre le musée du Louvre et les Antiquités de Syrie, la statue d’Ishqi-Mari échut au musée d’Alep. Sa mise en dépôt à l’Institut du monde arabe à l’occasion du réaménagent de son musée, a donné l’idée de célébrer le 80e anniversaire de la découverte du site en la réunissant avec les pièces aujourd’hui conservées au Louvre, elles aussi issues du périmètre du temple d’Ishtar, la déesse sémitique de l’amour et de la guerre.

Ces œuvres, associées aux documents et photographies inédites prises à l’époque par les membres de la mission, font revivre les moments forts de cette histoire, tout autant scientifique qu’humaine. L’exposition, organisée avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre, offre également l’opportunité de présenter le résultat des recherches et des interprétations récentes, en termes d’architecture, d’iconographie et d’épigraphie.

 

Cette exposition est réalisée avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre et le concours de la mission archéologique de Mari.

    

Article tiré du site web de l’IMA : https://www.imarabe.org/activites-evenements/collections-expositions/expositions/voues-ishtar-syrie

 

LE PATRIMOINE SYRIEN EN PERIL

Mis en avant

Le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a décidé, le 20 juin 2013, d’inscrire tous les sites de la République arabe syrienne, de label Unesco, sur la liste du patrimoine en péril, afin de sensibiliser l’opinion mondiale. Cette mesure exceptionnelle s’avère, pourtant, insuffisante… Ce colloque se propose d’engager une réflexion qui permettra de définir des actions pour la sauvegarde de ce patrimoine en péril. Il débutera par l’exploration de la dimension matérielle, historique et symbolique du patrimoine syrien, et par un état des lieux de celui-ci et des institutions qui en sont chargées en Syrie, avant et depuis l’éclatement du conflit.

Seront abordées ensuite, les actions qui sont d’ores et déjà menées pour la protection de ce patrimoine par différents groupes d’acteurs, relevant des secteurs associatifs ou institutionnels.

Enfin, ce colloque se clôturera par une réflexion sur la manière dont un groupe d’experts, venus d’horizons divers, pourrait œuvrer à préparer l’après conflit, à la lumière d’autres expériences dans le monde.

COLLOQUE A L’INSTITUT DU MONDE ARABE  LE MERCREDI 30 AVRIL 2014 – 11H / 18H – AUDITORIUM (NIVEAU -2)

Entrée libre dans la limite des places disponibles


PROGRAMME

11h-13h

– Allocution de M. Jack Lang, président de l’IMA

1ère séance : La dimension matérielle, historique et symbolique du patrimoine syrien et état des lieux avant et depuis la révolution

Séance animée par Christophe Ayad, journaliste au Monde, auteur d’une enquête sur le patrimoine syrien, « L’autre drame syrien » (Le Monde, 23/1/2014).

Michel al-Maqdissi, docteur ès lettres de la Sorbonne en archéologie orientale : Dimension historique et symbolique du patrimoine syrien ; et situation de l’archéologie avant 2011.

Sophie Cluzan, conservatrice du Patrimoine au Musée du Louvre, département des Antiquités orientales : Considérations générales sur l’état du patrimoine syrien jusqu’en 2011 : institutions concernées, état des musées, sites en péril, sites classés UNESCO, etc.

Lecture de points du rapport de la DGAMS

Cheikhmous Ali, docteur en archéologie du Proche-Orient ancien : La veille sur le patrimoine syrien et l’état des musées, sites, monuments en avril 2014.

Jacques Montluçon, ingénieur : Les savoir-faire syriens : un patrimoine immatériel en grand danger.

Annie Sartre, professeur des Universités en Histoire ancienne : Le Hauran, l’état de son patrimoine avant les événements. Pourquoi faut-il le protéger et quelles sont les erreurs à ne pas perpétuer ?

14h30 – 16h00

2ème séance : Les actions menées par divers organismes et associations

Nada el-Hassan, Chef d’Unité des Etats arabes – Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO : Patrimoine en péril, approches et actions de l’UNESCO

Samir Abdulac, secrétaire général de l’ICOMOS France (conseil international des monuments et des sites) : Actions de l’ICOMOS pour l’aide à la sauvegarde du patrimoine syrien.

Jad Tabet, architecte, vice-président de Patrimoine sans frontières : La démarche de Patrimoine sans frontières.

Rijad  Mehmedi, archéologue, doctorant en archéologie du Proche-Orient ancien (Strasbourg) : Actions des associations de sauvegarde du patrimoine syrien.

Pierre Leriche, directeur du projet franco-syrien de Doura Europos : L’aspect patrimonial de l’action de la Mission franco-syrienne d’Europos Doura.

Pascal Butterlin, professeur d’archéologie à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne et directeur de la mission archéologique française de Mari : Les mesures de  sauvegarde à Mari depuis trois ans.

16h30-18h

3ème séance : Table-ronde

Vers la constitution d’un groupe d’experts

Présidée par Sophie Cluzan et Annie Sartre Participants : Sophie Cluzan, Annie Sartre, Samir Abdulac, Michel al-Maqdissi, Cheikhmous Ali, Jacques Montluçon et Pascal Butterlin.

 

 

Ce même 30 avril, l’Institut du monde arabe inaugure (à 18h30) une exposition d’art contemporain intitulée « Syrie : Cris-action, artistes en création » et organisée avec l’association Démocratie et Entraide en Syrie (salle d’actualité, niveau 0, jusqu’au 22 juin). Entrée libre.

Article tiré du site web de l’IMA et disponible à cette adresse : https://www.imarabe.org/colloque/le-patrimoine-syrien-en-peril

« Rituel pour une métamorphose »

Mis en avant

Fonds de la Comédie-Française

Fonds de la Comédie-Française

 

Rituel pour une métamorphose est une pièce de théâtre qui fut écrite en 1994 par le dramaturge syrien Saadallah Wannous (1941-1997) ; elle a été traduite en français par Rania Samara qui collabora à la version scénique aux côtés de Suleyman Al-Bassam, metteur en scène, à l’occasion de son entrée au répertoire de la Comédie-Française.

 

Pour celles et ceux qui n’ont pu assister à sa représentation au théâtre du Gymnase de Marseille (du 29 avril au 7 mai 2013) ou à la Comédie Française de Paris (18 mai au 11 juillet 2013), vous trouverez ci-dessous une série de documents qui présentent l’œuvre engagée de Saadallah Wannous.

Biographie de l’auteur :
Saadallah Wannous est né en 1941 près de Tartous, en Syrie. Après des études de journalisme au Caire, il écrit pour les pages culturelles du journal Al-Baath en Syrie et As-Safir au Liban, tout en commençant une carrière d’auteur dramatique. À la fin des années 1960, il part étudier le théâtre à Paris. À son retour à Damas, profondément influencé par divers courants théâtraux européens, il milite en faveur d’un théâtre mêlant traditionet modernité, et participe à la création du premier festival de théâtre du monde arabe. Il fonde, à la fin des années 1970, l’Institut supérieur du théâtre de Syrie, ainsi qu’une revue, La Vie théâtrale, dont il devient rédacteur en chef. Partisan d’un théâtre politique, en prise avec la société, ses pièces se veulent émancipatrices et explorent sans concession les liens entre l’individu et le pouvoir. Considéré comme l’un des plus grands hommes de théâtre de langue arabe, il meurt prématurément d’un cancer en 1997.
(biographie tiré du site de la Comédie-Française)

Résumé de la pièce :
Pour rétablir son autorité et celle de la religion, le mufti de Damas tend un piège au prévôt des marchands, Abdallah, qu’il fait surprendre en flagrant délit de débauche avec Warda, une courtisane. Puis, pour confondre le chef de la police qui a procédé à l’arrestation, il demande à Mou’mina, la femme du prévôt, de se substituer en cachette à la courtisane emprisonnée. Le prix demandé par Mou’mina en échange de cette humiliation va bouleverser de fond en comble l’équilibre social de la ville : se libérer enfin du poids de son mariage en choisissant la vie de courtisane. Avec son corps, du seul fait de sa beauté, de sa séduction et de son intelligence, Mou’mina, devenue Almâssa (le diamant), va défier et déjouer l’hypocrisie des mécanismes de domination entretenus par les hommes, et mettre ces derniers face à leurs contradictions les plus intimes. Elle paiera le prix fort du chaos qu’elle a engendré.
(résumé tiré du site de la Comédie-Française)

Documents en pdf à télécharger :
Dossier de presse établi par la Comédie-Française : Rituel pour une métamorphose
Dossier thématique issu du programme établi par la Comédie-Française :
L’Orient et le répertoire de la Comédie-Française
Dossier image établi par la Comédie-Française : La pièce en images
Dossier pédagogique établi par Cécile Roy-Fleury et édité par le CRDP de Paris :
Pièce (dé)montée, n°163, mai 2013

Web reportage :

Un danseur syrien sur Britain’s Got Talent

Falah Hassan, jeune danseur syrien au nom de scène Poppin’ Ron, illustre son talent sur Britain’s Got Talent au cours de la 6e semaine d’audition.

Poppin Ron, poppin and a lockin on the BGT stage | Week 6 Auditions
Britain’s Got Talent 2013

 

La presse anglaise raconte l’histoire de Falah Hassan :

Unreality TV, 19 mai 2013, Britain’s Got Talent 2013: Falah Hassan aka Poppin’ Ron reveals his parents were butchered in Syria under Bashar al-Assad’s evil regime, par TV Writer Lynn.

MailOnline, 19 mai 2013, ‘My brother and I were saved by angels’: Britain’s Got Talent dancer Falah Hassan reveals how his neighbours helped him flee after his parents were murdered in Syria, par Shari Miller.

Mirror, 19 mai 2013, Britain’s Got Talent dancer Falah Hassan reveals his parents were butchered in Syria, par Nathalie Edwards.


Facebook
: Poppin’ Ron.

 

Un chanteur syrien sur Arab Idol

Abdel Karim Hamdan. Photographie de jtmagz.com

Abdel Karim Hamdan.
Photographie de jtmagz.com

 

L’Alépin Abdel Karim Hamdan chante les souffrances de la Syrie, à travers une chanson qu’il a composée et interprétée devant le jury de Arab Idol.
La prestation de sa chanson « Alep, source de douleur » a eu un écho dans le monde entier.

Visualiser et écouter : Alep, source de douleur
                                    Audition à Arab Idol

 


Titres de presse
:

L’Express, 5 mai 2013, Sur Arab Idol, un jeune chanteur syrien bouleverse le monde arabe, par Erwan Morice.

JOL Press, un autre regard sur le monde, le 9 mai 2013, « Arab Idol » : un jeune Syrien chamboule les téléspectateurs, par Louise Michel D.

Facebook : AbdelKarimHamdanOfficial.

Safwan Dahoul à Londres

Safwan Dahoul,  'Dream 61', 2013, Acrylic on Canvas, 180 X 200 cm. Photographie : Ayyam Gallery.

Safwan Dahoul, ‘Dream 61’, 2013,
Acrylic on Canvas, 180 X 200 cm.
Photographie : Ayyam Gallery.

L’artiste Safwan Dahoul expose son art à Londres :
Gulf Times, 13 mai 2013, Angel of Damascus in distress for Syria, par Denise Marray.

Safwan Dahoul, Repetitive Dreams, May 9 –June 15, 2013, Ayyam Gallery London
and Edge of Arabia, May 8 –June 2.
www.ayyamgallery.com
www.edgeofarabia.com

Présentation en anglais de l’exposition : Ayyam Gallery, London.

Safwan Dahoul : www.safwandahoul.com

 

L’expression par l’art !

Syrie : l'art en armes. Couverture du livre, d'après une œuvre de Ahmad Ali.

Syrie : l’art en armes.
Couverture de l’ouvrage, d’après une œuvre de Ahmad Ali.

La production artistique des syriens, une arme pour exprimer leur opinion et soutenir la contestation populaire :

Articles de presse édités suite à la publication de l’ouvrage Syrie : l’art en armes, par Delphine Leccas (Éditions de la Martinière, Le Monde, janvier 2013) et à l’exposition-vente aux enchères SyriArt des œuvres de 61 artistes syriens à l’Institut du Monde Arabe :

Francetv, 16 janvier 2013, Des artistes mobilisés contre la répression en Syrie.

Ouest France, 17 Février 2013 : Syrie l’art en armes.

ActuaLitté, les univers du livre, 20 janvier 2013, Syrie : l’art en armes et la création sous les bombes, par Antoine Oury. Interview de Delphine Leccas disponible sur le même lien.

Le quotidien de l’art, 22 Février 2013, Les artistes se mobilisent pour la Syrie à l’IMA, par Emmanuelle Lequeux.

The National, 7 mars 2013, The Syrian artists using their medium as a weapon,
par Tahira Yaqoob.

Stradda, avril 2013 : Kiosque : Syrie, l’art en armes.

Actuphoto, actualité photographique, 29 avril 2013, « Syrie l’art en armes », Le combat d’Artistes Syriens Expatriés, par Louise Leclerc. Article disponible aussi sur BabelMed.

Interviews et émissions de Radio :
Vous m’en direz des nouvelles !, rfi, Exposition SyriArt 1 (17/01/2013) : Podcast
Vous m’en direz des nouvelles !, rfi, Exposition SyriArt 2 (17/01/2013) : Podcast
Le 12-14, France info (17/01/2013).
Nouvelles du Monde (1), France Culture, Artistes Syriens (21/01/2013).
La Grande Table (2e partie), France Culture (21/01/2013).
Le 6/9, i>Télé Culture (21/01/2013).
Les Unes de la presse, BFM TV Première édition (31/01/2013).

 

Film d’animation récompensé par l’EUNIC

Poster

Poster

Morhaf Youssef, artiste syrien récemment installé en Jordanie, a remporté la compétition « My Animated World », le 10 mai 2013 en Jordanie. L’évènement a été financé et organisé par l’UE, l’European Union National Institutes for Culture (EUNIC) et Rubicon pour soutenir le développement des Creatives Industries en Jordanie :

The Jordan Times, 11 mai 2013, EU awards celebrate young talents in animation,
par Gioia Forster.

EUNIC Jordan : My Animated World – Screening of the best Jordanian animations by EUNIC Jordan, 10 May.

Visualiser le film de Morhaf Youssef.

Film d’animation à l’Euromed audiovisuel et à Cannes

jalal maghout
Dans le cadre du concours de
courts-métrages MADE in MED, le syrien Jalal Maghout a été primé pour son film d’animation indépendant
Canvas on Mixed Media (2012).

 

 

Le film, son synopsis et la biographie de son auteur sont accessibles sur le site de l’Euromed audiovisuel :
http://euromedaudiovisuel.net/p.aspx?t=videos&mid=103&l=fr&did=1352
http://euromedaudiovisuel.net/p.aspx?t=news&mid=21&l=fr&did=1434

Le film est présenté en ce moment au Festival de Cannes dans la catégorie
Court Métrage.

Interview de Jalal Maghout au Festival de Cannes.