Les neufs portes d’Alep – procession évocatoire (3)

Mis en avant

Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

Fonds Privé

Fonds Privé


Deuxième porte, Bâb Antakya : La porte d’Antioche.

Antioche : c’est là que naquit l’évêque syrien Jean Chrysostome en 359. Non loin de là vécurent de pieux ascètes, tel Saint Siméon. Alep peut témoigner des premiers pas du christianisme ; les fondations de la cathédrale arménienne des quarante martyrs dateraient du IVe siècle, et  certaines de ses communautés parlent encore le syriaque ou le chaldéen. On dénombre onze rites chrétiens distincts à Alep, monophysites ou nestoriens, arméniens, grecs ou romains, syriaques, chaldéens, orthodoxes, catholiques ou protestants. Les calendriers julien et grégorien coexistent ; les fêtes de Noël, de l’épiphanie et de Pâques ne sont pas célébrées par tous au même moment. Mais le vendredi saint, une procession d’église en église permet de tisser un lien symbolique entre toutes les communautés chrétiennes de la ville.

Jdeidé - Sahat Farhat. Fonds privé.

Jdeidé –
Sahat Farhat.
Fonds privé.

Alep est rythmée par les calendriers justiniens et grégoriens, et par le calendrier lunaire hégirien. Elle jeûne pendant le carême, elle jeûne pendant le ramadan. Elle célèbre la Pâque et l’Aïd el-Kébir. Point de cacophonie. Le jour de la Saint Georges, les musulmans se rendent eux-aussi à l’église et viennent reconnaître les bienfaits d’un saint qu’ils mettent au nombre des amis de Dieu. Aux calendriers chrétiens et musulmans s’ajoute le calendrier yézidi, dont l’histoire remonte à l’époque de Sumer. Le 21 mars y marque le début de la nouvelle année. Le premier mercredi d’avril, le « mercredi rouge », les yézidis humectent leur visage de rosée du matin, peignent des œufs de couleur, répandent des coquilles d’œuf dans les champs et font des dons de pain ou de viande.

Le cœur de la ville vibre au rythme de la lune, du soleil, des calendriers musulmans, chrétiens ou yézidis. Au fil des siècles, ses pierres ont appris bien des langues : elle parle l’arabe, le syriaque, l’arménien, le chaldéen, le kurde…

Si Alep est devenue à ce point riche et métisse, c’est qu’elle est, parmi toutes, l’Hospitalière. Abû Firâs al-Hamadânî, après avoir « parcouru le monde, Orient et Occident » écrit que ses « regards ont vu tous les horizons, et que nulle part il n’a trouvé ville aussi hospitalière qu’Alep ».

Nombreux sont ceux qui vinrent y trouver refuge… Les arméniens, par vagues successives l’ont peuplée depuis le XIe siècle, fuyant d’effroyables massacres. Habiles de leurs mains, ils apportèrent à Alep leurs savoir-faire de boulangers, bijoutiers, plombiers, coiffeurs, médecins, photographes, musiciens, menuisiers, tailleurs…

Jdeide -  Vieux quartier arménien. Fonds privé.

Jdeide –
Vieux quartier arménien.
Fonds privé.

Au XIXe siècle, Alep accueillit des Tcherkesses, descendants des tribus musulmanes du Caucase rejetées par l’avancée russe en Asie. Ils rejoignirent d’autres Tcherkesses alépins, établis dans la ville depuis le XVIe siècle, vaillants esclaves mamelouks venus prêter main forte au sultan « Al-Ghouri ». Les Tcherkesses ont conservé la mémoire orale de leur langue, l’adiga, de leur musique, de leurs somptueuses danses caucasiennes.

La communauté syriaque, l’une des plus anciennes de la ville, s’est agrandie dans les années 1920 lorsque les syriaques qui vivaient à Ourfa se réfugièrent à Alep et improvisèrent un baraquement qui devint le « vieux » quartier syriaque de la ville, « syrianqadîmé ».

Récemment, Alep servit de refuge aux habitants de Mossoul et de Bagdad, fuyant l’Irak suite à l’invasion américaine de 2003. L’accent irakien lui devint familier.

Mais depuis de longs mois, tous ceux qui avaient pu trouver refuge à Alep ont compris qu’elle ne les protégerait plus. Ils ont dû prendre le chemin de l’exode et repartir sur les routes. Alep n’est plus d’aucun secours. Elle connait jour après jour une hémorragie qui la vide de son âme et de son histoire.

Florence Ollivry

 

Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire (2)

Mis en avant


Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

Vue d'Alep. Fonds privé.

Vue d’Alep.
Fonds privé.

Nous faisons halte devant la première porte. Elle a pour nom Bab al Maqâm :
la porte du sanctuaire.

Vue de la porte Bab al-Maqam. Fonds privé.

Vue de la porte Bab al-Maqam.
Fonds privé.

C’est ici, d’après les alépins, que séjourna Abraham, Ibrâhîm, le père des trois monothéismes, alors qu’il remontait le cours de l’Euphrate pour se diriger vers Égypte.
En ces lieux,le patriarche aurait trait une vache appelée « al-shahba », la grise.
C’est pourquoi les mendiants, lorsqu’ils font appel au bon cœur des passants alépins disent parfois : « Halab Abraham », « Abraham a trait sa vache ». D’où, selon certains, le nom de la ville d’Alep : « Halab al-Shahba », il a trait la blanche. Le nom d’Alep revêt une signification à la fois sainte et terre à terre, un caractère qui relève autant du sacré que de la subsistance quotidienne. « C’est une ville de lait et de marbre, rien ne nourrit davantage l’esprit d’Alep que sa cuisine et ses pierres » (La Syrie, terre des minarets en ruines et des petites filles décapitées, http://www.slate.fr).

Mosquée d'Abraham.  Fonds privé.

Mosquée d’Abraham.
Fonds privé.

Florence Ollivry

Les neufs portes d’Alep – Procession évocatoire (1)

Mis en avant


Les neufs portes d’Alep – Procession évocatoire

 

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

 

Ville mémoire, ville témoin. Les hommes commencèrent à la peupler voilà 4500 ans. L’imposante citadelle de pierre qui la surplombe était, jusqu’à une époque récente, le symbole de son intemporalité, le gage de son immuabilité à travers les âges… On s’y promenait au soleil, le vendredi, le cœur plein d’une indolente confiance en la vie. Et nous pensions que la barbarie des croisades et des invasions mongoles appartenaient désormais à un passé révolu… La citadelle était devenue un site touristique, classé au patrimoine mondial de l’humanité, les Alépins étaient fiers de leur cité tranquille et sûre. Mais voici que la violence que nous avions crue définitivement enfouie, a ressurgi et que depuis deux longues années de ténèbres et de sang on se bat pour Alep, sauvagement, sans foi ni loi. Ville témoin, ville martyre, la ville se disloque, brûle, disparaît, s’efface. Alep est devenue un terrible champ de bataille, et voici la citadelle retournée à sa fonction première – celle d’une forteresse, prise dans une âpre guerre entre frères syriens, un site à occuper et à capturer, une nouvelle fois.

Vue de l'entrée monumentale de la Citadelle d'Alep. Photographie de l'auteur.


Vue de l’entrée monumentale de la Citadelle d’Alep.
Photographie de l’auteure.


Q
alat Halab : la citadelle d’Alep. C’est là qu’en l’an 1191, le théosophe Sohravardî fut condamné comme infidèle pour avoir proclamé que Dieu pouvait en tout temps susciter un prophète. Le philosophe de la Lumière, le « Shaykh al-Ishrâq », devint le « Shaykh al-Maqtûl », le Shaykh « mis à mort ». Il périt en martyr à l’âge de 36 ans. Les Alépins, jusqu’à nos jours, lorsqu’ils tournent leurs regards vers la citadelle, se souviennent de son sang, versé pour la Lumière.

Buste de Sohravardî d'Alep. Fonds privé.

Buste de Sohravardî d’Alep.
Fonds privé.

 

Sohravardî d’Alep a laissé plusieurs textes,
au nombre desquels un traité intitulé
Le bruissement des ailes de Gabriel. Il y met en scène la rencontre d’un homme avec dix Sages. Leur magnificence, leur majesté et leur chevelure de neige, l’émerveillèrent au plus haut point. L’homme, désireux d’apprendre et de comprendre, demanda alors à l’un d’eux de l’instruire :
– « A quoi occupez-vous la plupart de vos instants ? »
Et le Sage lui répondit :
– « Sache que notre travail est la couture. De plus, nous sommes, tous, les gardiens du Verbe de Dieu (Kalâm-e Khodâ) » (Sohravardî 1976, p. 229).

Les Sages à la chevelure de neige occupent la plupart de leurs instants à coudre.
Ils travaillent à relier ce qui était détaché, à remédier à la déchirure. Leur sagesse consiste à élaborer la continuité, « le produit de leur art ne peut être ni déchiré ni perforé » (Sohravardî 1976, p. 230).

Ils construisent la cohérence du monde et, par leur travail, redonnent sens aux êtres et aux choses. Lire et relire, coudre et recoudre. Recoudre les plaies béantes, retrouver du sens lorsque nous avons le sentiment de sombrer dans l’absurde… Lire et relire, coudre et recoudre… Faisons mémoire aujourd’hui de l’histoire d’Alep. Afin de saisir la gravité des événements en cours. Afin de comprendre que ce sont les racines, les fondements de l’Humain qu’on laisse aujourd’hui brûler. Faisons mémoire aujourd’hui de l’histoire d’Alep. Afin de mesurer l’ampleur du crime que l’humanité laisse depuis deux années commettre contre son propre berceau. Notre procession se déroulera tel un sombre chapelet de basalte le long de la muraille de la cité, à travers les portes d’Alep. Jadis, la muraille était perforée de 21 portes. Aujourd’hui, neuf d’entre elles subsistent encore. De la dixième, Bâb el-Salâm, la porte de la paix, au nord-ouest de la porte d’Antioche, il ne subsiste plus rien, rien qu’un lointain souvenir.

Florence Ollivry

 

Référence bibliographique :

S. Y. Sohravardî 1976, L’archange empourpré, Quinze traités et récits mystiques, traduction du persan et de l’arabe par H. Corbin, Collection « Documents spirituels », Fayard, Paris.