L’expression par l’art !

Syrie : l'art en armes. Couverture du livre, d'après une œuvre de Ahmad Ali.

Syrie : l’art en armes.
Couverture de l’ouvrage, d’après une œuvre de Ahmad Ali.

La production artistique des syriens, une arme pour exprimer leur opinion et soutenir la contestation populaire :

Articles de presse édités suite à la publication de l’ouvrage Syrie : l’art en armes, par Delphine Leccas (Éditions de la Martinière, Le Monde, janvier 2013) et à l’exposition-vente aux enchères SyriArt des œuvres de 61 artistes syriens à l’Institut du Monde Arabe :

Francetv, 16 janvier 2013, Des artistes mobilisés contre la répression en Syrie.

Ouest France, 17 Février 2013 : Syrie l’art en armes.

ActuaLitté, les univers du livre, 20 janvier 2013, Syrie : l’art en armes et la création sous les bombes, par Antoine Oury. Interview de Delphine Leccas disponible sur le même lien.

Le quotidien de l’art, 22 Février 2013, Les artistes se mobilisent pour la Syrie à l’IMA, par Emmanuelle Lequeux.

The National, 7 mars 2013, The Syrian artists using their medium as a weapon,
par Tahira Yaqoob.

Stradda, avril 2013 : Kiosque : Syrie, l’art en armes.

Actuphoto, actualité photographique, 29 avril 2013, « Syrie l’art en armes », Le combat d’Artistes Syriens Expatriés, par Louise Leclerc. Article disponible aussi sur BabelMed.

Interviews et émissions de Radio :
Vous m’en direz des nouvelles !, rfi, Exposition SyriArt 1 (17/01/2013) : Podcast
Vous m’en direz des nouvelles !, rfi, Exposition SyriArt 2 (17/01/2013) : Podcast
Le 12-14, France info (17/01/2013).
Nouvelles du Monde (1), France Culture, Artistes Syriens (21/01/2013).
La Grande Table (2e partie), France Culture (21/01/2013).
Le 6/9, i>Télé Culture (21/01/2013).
Les Unes de la presse, BFM TV Première édition (31/01/2013).

 

Visual Art Festival Damascus @ DEPO, Istanbul

VAF 2013 avec logos
Le Visual Art Festival Damascus est une manifestation culturelle, initiée en 2010 à Damas par Delphine Leccas, autour de la création artistique visuelle/digitale/numérique contemporaine au Moyen-Orient. Cet évènement offre la possibilité aux artistes de se rencontrer, de promouvoir et de confronter leur art, de partager leurs méthodes de travail, de découvrir de nouvelles approches technologiques et de diffuser leurs messages.

Le Visual Art Festival Damascus a continué d’exister malgré la situation en Syrie, en devenant itinérant, nomade. En 2012, il a été intégré au Festival du Film International de Rotterdam.

Cette année, le Visual Art Festival Damascus prend place à Istanbul au sein du DEPO
et aura pour thème principal l’art digital. Les travaux de 30 artistes du monde arabe et de Turquie y seront présentés à travers différents médias et supports : exposition, installation vidéo, mise en scène, performance et table ronde. Les œuvres sélectionnées véhiculent des messages socio-culturels qui s’inscrivent profondément dans l’activisme et les mutations que vit le monde arabe aujourd’hui.


Visual Art Festival Damascus @ DEPO, Istanbul
14 juin – 14 juillet 2013,
organisé par Charlotte Bank et Delphine Leccas.

Programme complet, suivi de la biographie de chaque artiste participant :
Program Visual Arts Festival Damascus 2013

DEPO :
http://www.depoistanbul.net/en/index.asp

Liens :
http://www.delphineleccas.org/section442397.html
http://www.zakharif.eu/visual-arts-damascus.html

 

Film d’animation récompensé par l’EUNIC

Poster

Poster

Morhaf Youssef, artiste syrien récemment installé en Jordanie, a remporté la compétition « My Animated World », le 10 mai 2013 en Jordanie. L’évènement a été financé et organisé par l’UE, l’European Union National Institutes for Culture (EUNIC) et Rubicon pour soutenir le développement des Creatives Industries en Jordanie :

The Jordan Times, 11 mai 2013, EU awards celebrate young talents in animation,
par Gioia Forster.

EUNIC Jordan : My Animated World – Screening of the best Jordanian animations by EUNIC Jordan, 10 May.

Visualiser le film de Morhaf Youssef.

Film d’animation à l’Euromed audiovisuel et à Cannes

jalal maghout
Dans le cadre du concours de
courts-métrages MADE in MED, le syrien Jalal Maghout a été primé pour son film d’animation indépendant
Canvas on Mixed Media (2012).

 

 

Le film, son synopsis et la biographie de son auteur sont accessibles sur le site de l’Euromed audiovisuel :
http://euromedaudiovisuel.net/p.aspx?t=videos&mid=103&l=fr&did=1352
http://euromedaudiovisuel.net/p.aspx?t=news&mid=21&l=fr&did=1434

Le film est présenté en ce moment au Festival de Cannes dans la catégorie
Court Métrage.

Interview de Jalal Maghout au Festival de Cannes.

 

La noria al Salam

 

Noria al Salam.   Photographie de Nicolas T. Camoisson

Noria al Salam.
Photographie de Nicolas T. Camoisson

La noria al Salam a fait partie des 23 interventions artistiques sélectionnées pour l’Exposition Internationale de Zaragoza 2008 (Espagne) par un jury international composé de membres représentant le monde artistique. Le thème « L’eau et le développement durable » exigeait que les candidats aboutissent à une intégration exemplaire de leur œuvre dans le paysage. La réalisation du projet de la noria al Salam, après sa sélection, a nécessité deux ans de travail in situ et en Syrie.

La noria al Salam a incarné non seulement l’élévation et le partage de l’eau, l’écoute et le respect du rythme des saisons, mais aussi et surtout la résurgence d’al Andalus, l’esprit d’une époque unique où les trois religions révélées ont su échanger et partager savoirs et connaissances, malgré les conflits.

Sur les terres aragonaises, elle a rappelé que ses sœurs aînées élèvent l’eau depuis 2000 ans, du fleuve de l’Oronte vers les terres, qu’elles ont été les majestueuses ambassadrices du génie hydraulique arabe, influençant, depuis des siècles, la réflexion sur l’élévation et la distribution de l’eau dans l’aire méditerranéenne.

Au-delà de son impact visuel, c’est la puissance symbolique de la noria al Salam qui a déterminé sa présence et son rôle prépondérants lors de l’Exposition Internationale.
Le voyage d’al Salam à Zaragoza 2008 a fait de ce chef d’œuvre artisanal bimillénaire une œuvre d’art en dialogue avec le monde contemporain. Désormais, accolée à l’Édifice de Cabecera qu’elle alimente, elle répond, par son ancestrale simplicité, aux technologies les plus avancées et ouvre la voie à une réflexion sur une gestion durable de l’eau.

La roue mesure 16,50 mètres de diamètre. Elle est la plus grande noria d’Europe. Composée de cinq essences de bois – chêne, noyer, mûrier, eucalyptus et peuplier –  elle comprend 24 bras et 96 godets. Les arbres nécessaires ont été coupés et séchés en Syrie. La roue a été montée au sol à Hama puis elle a traversé la Méditerranée pour être remontée à Zaragoza.

Noria al Salam. Photographie Nicolas T. Camoisson

Noria al Salam. Photographie Nicolas T. Camoisson

L’aqueduc sur lequel repose la roue est en béton. À la différence des aqueducs de Hama, il est axé sur un principe de légèreté et de transparence pour révéler la puissance et la fluidité de la roue. Les trois ouvertures obtenues dans la tour offrent à la lumière et à l’eau de nouveaux espaces d’expression. Le canal du haut, en métal noir, fait la jonction avec l’édifice de Cabecera, point central de l’alimentation en eau pour le site de l’Exposition Internationale.

Durant sept semaines, les artisans des norias de Hama ont monté la roue sur un aqueduc étranger. Ce voyage de quinze Hamaouites qui n’avaient jamais quitté leur ville, jamais pris l’avion, jamais passé une frontière, ce voyage-là, autant que la réalisation de la noria, était au cœur de l’œuvre en tant qu’expérience et démonstration des possibles ouvertures, liens et échanges que l’on peut créer entre les peuples pour le bénéfice de tous.

Il s’agissait aussi d’un rêve que Marion Coudert et Nicolas Camoisson avaient fait naître dans l’esprit des artisans au fur et à mesure de leur amitié, l’enrichissant et le rendant plus concret à chacune de leur venue en Syrie. En 2002, l’objectif premier du projet « Norias » était d’impulser la protection des norias au Patrimoine de l’Unesco avec, comme levier, une exposition et un ouvrage présentés en Europe.

Ce rêve, devenu une réalité différente à l’obtention du concours par les artistes, était aussi une prise de risque : comment les artisans allaient-ils percevoir l’Occident à travers le filtre d’une exposition internationale, dans l’euphorie tant médiatique que financière où se trouvait, à ce moment-là, la ville de Zaragoza ? Que retiendront-ils des hommes et des femmes rencontrés ici au cours de ce voyage ? Comment vivront-ils leur propre étrangeté ? Comment intégreront-ils des conditions de travail et de sécurité si éloignées de leur quotidien ? Aventure hors du commun, parfois dure, toujours dense, traversée sans filets d’une inconnue à écrire, ce voyage chantier a eu pour principes le dépassement pour aboutir et l’ouverture à l’autre.

Marion Coudert
http://coudertmarion.blogspot.fr/

Liens :
http://coudertmarion.blogspot.fr/2013/05/il-y-aura-un-chemin.html
http://coudertmarion.blogspot.fr/2013/05/ecoutez.html
http://collectifterritoires.com/fr/content/le-projet-noria

Le mont Qassioun, Damas.

Le mont Qassioun se situe au nord-ouest de la ville de Damas et culmine à une hauteur de 1150 mètres.

Vue sur le Mont Qassioun depuis le bâtiment de Jisr al-Abyad, Ifpo Damas. Par F. Burgat, Ifpo (2008).

Vue sur le Mont Qassioun depuis le bâtiment de Jisr al-Abyad, Ifpo Damas.
Par F. Burgat, Ifpo (2008).

Une partie de la ville de Damas repose sur ces pentes qui abritent surtout des quartiers pauvres, des familles kurdes et des paysans. La neige couronne parfois son sommet pendant l’hiver, alors qu’une végétation plus ou moins verdoyante y pousse au printemps. Par son emplacement et son altitude, le mont Qassioun est bien visible à plusieurs dizaines de kilomètres, il constitue le repère naturel de la capitale syrienne. Depuis son sommet aménagé pour le plus grand plaisir des promeneurs, il offre une vision panoramique tout à fait exceptionnelle de la ville, animée la nuit par des guirlandes d’illumination et par la lumière verte qui jaillit des minarets des mosquées.
Vue de Damas depuis le Qassioun (vidéo)

Ses restaurants, cafés, vendeurs de boissons, ses terrasses accessibles en fait aussi un lieu de rencontres et un point de rendez-vous de la vie nocturne de Damas, où la balade prend souvent des parfums de tabac à narguilé.

Le mont Qassioun est aussi un lieu mythique et historique des religions chrétienne et musulmane. La littérature arabe médiévale rapporte que Caïn y tua Abel, alors qu’il conserve encore le site d’Arbin, qui abrite les mihrabs de 40 saints et qui est aujourd’hui encore symbolisé par une madrasseh (école religieuse de l’Islam) accessible aux pèlerins.

 

 

La Légende, hommage aux artisans des pneus d’Alep

Exposition itinérante : Photographie

L’Institut de Recherche et d’Etudes Méditerranée et Moyen-Orient (IReMMO) accueille jusqu’au 15 mai 2013 l’exposition de photographies sur l’artisanat des pneus en Syrie :
La Légende, hommage aux artisans des pneus d’Alep

Les photographies sont de Nicolas Camoisson, les textes de Marion Coudert.
http://coudertmarion.blogspot.com/
http://www.collectifterritoires.com/

La légende_expoArtisan des pneus N°01
IReMMO

5/7, rue des Basses Carmes
75005 Paris

Syrie, l’art en révolution

Exposition artistique :

Peinture, installation/sculpture, dessin, affiche et vidéo.

 

L’université Paris Descartes accueille l’exposition Syrie, l’art en révolution
qui aura lieu du 10 au 18 mai à la Galerie Saint Germain,
au 83 boulevard Saint Germain, Paris 6e, Métro Odéon.

Les créations de six artistes syriens y seront présentées :
Monif Ajaj, Ahmad Ali, Tammam Azzam, Walaa Dakak, Walid El Masri
et Mohamad Omran.

L’inauguration de l’exposition aura lieu le 13 mai à 18h30 ; elle sera suivie d’un concert de Khaled Aljaramani au Musée de la médecine à 20h.

Coordinatrice de l’évènement : Naïma Chalour
Commissaire d’exposition : Yvan Brohard

Syrie, l'art en révolutionSyrie, l'art en révolution

Exposition du 10 au 18 mai 2013
Ouverture du lundi au vendredi de 11h à 18h30, le samedi de 13h à 18h
Entrée libre