Balade dans le quartier de Sarouja, Damas

Mis en avant

Le quartier de Sarouja se situe en plein cœur de la ville de Damas. Au bord de l’axe routier principal qui découpe la ville, il est mitoyen de quartiers beaucoup plus modernes comme Bahsa, zone dédiée aux professionnels du numérique au milieu desquels se dresse le Centre Culturel Français.

Photographie All About Damascus كل شي عن الشام

Photographie All About Damascus كل شي عن الشام

 

De nombreuses maisons arabes traditionnelles, encore habitées, jonchent les rues étroites, sinueuses et entrecroisées qui proposent aux passants une promenade animée dans cette partie du vieux Damas.

 

 

Mais la configuration architecturale, urbaine et sociale de ce quartier est surprenante.
Par exemple, les façades anciennes, dont la structure en bois est recouverte de terre crue, sont accolées aux bâtiments en béton qui abritent l’activité des informaticiens et des cafés internet. De petits commerçants – des épiceries, une boulangerie, un boucher, la cuisine gastronomique locale d’Abou ‘Abdo, un restaurant traditionnel de fèves et de pois chiches, un marchand itinérant de fruits et légumes, des snacks divers (sandwichs, pizza et saj), des coiffeurs, des vendeurs de gaz et d’essences de parfum, des antiquaires, des hôtels, le hammam El Ward – rythment la vie sociale et culturelle du souk Sarouja.
Les cafés qui prennent place dans des échoppes et dans une immense maison arabe sont les points de rendez-vous des shababs (les jeunes), des étudiants et des touristes qui apprécient particulièrement les lieux.

Photographie All About Damascus كل شي عن الشام

Photographie All About Damascus كل شي عن الشام

Combien de narguilé nous y avons fumé après le vernissage d’une exposition artistique, d’un film ou d’un cours de français au CCF ? Combien de soirées football nous avons passé agglutinés les uns aux autres ? Combien de thé et de kamoun (infusion au cumin et au citron) nous avons bu l’hiver pour nous réchauffer ? À Combien de mini concerts improvisés de oud et de chants nous avons assisté ?

Une convivialité et des souvenirs inoubliables !

Visite de Sarouja à travers des photographies : All About Damascus كل شي عن الشام

Visite de Sarouja à travers des aquarelles : PITCH-COMMENT

Art et valorisation du patrimoine de Sarouja : Galerie Flickr de l’Institut Français du Proche-Orient à Damas

 

Évènement : Cinémas Arabes/IMAG’IMA

Mis en avant

Ouverture le vendredi 28 juin à l’Institut du Monde Arabe (Paris) du Festival des Cinémas Arabes/IMAG’IMA. Une trentaine de films de conception et de format variés (du long métrage au documentaire et au film d’animation), réalisés entre 2011 et 2013, sera présentée jusqu’au mercredi 3 juillet 2013 à l’Auditorium Rafik Hariri.

Parmi des réalisations issues de l’ensemble du monde arabe, la création syrienne sera représentée par cinq films dont voici la programmation :

Samedi 29 juin à 17h15
Le Bon, le mauvais et le sadique (The good, the bad and the sadistic)
de Ibrahim Ramadan, 2012 (Couleur, DCP, 10’), Court/Animation.
(Muet)

Dimanche 30 juin à 15h00, dans le cadre d’IMAG’IMAKID (films pour enfants)
Jour Sourd
de Rana Kazkaz et Anas Khalaf, 2012 (Couleur, Béta numérique, 14’), Court/Drame fiction
avec Soulaf Fawakherji, Laith Tala.
(Arabe, sous-titré français)

Electrostatique
de Sawsan Nourallah, 2012 (Couleur, Blu-ray, 3’04), Court/Animation.
(Muet)

Dimanche 30 juin à 17h00
Le Chien (Al Kalb)
de Farès Cachoux, 2013 (Couleur, Blu-ray, 20’), Court/Drame fiction
avec Bachar Moqayed, Fares Cachoux et Aliaa Khachouk.
(Arabe, sous-titré français)

One Hand (Id wahde)
de Wael Toubaji, 2013 (couleur, Blu-ray, 3’09), Court/Animation.
(Muet)

Le synopsis de chaque film, la biographie des auteurs, ainsi que le programme complet est disponible depuis le site de l’IMA.

 

Les neufs portes d’Alep – Procession évocatoire (1)

Mis en avant


Les neufs portes d’Alep – Procession évocatoire

 

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

 

Ville mémoire, ville témoin. Les hommes commencèrent à la peupler voilà 4500 ans. L’imposante citadelle de pierre qui la surplombe était, jusqu’à une époque récente, le symbole de son intemporalité, le gage de son immuabilité à travers les âges… On s’y promenait au soleil, le vendredi, le cœur plein d’une indolente confiance en la vie. Et nous pensions que la barbarie des croisades et des invasions mongoles appartenaient désormais à un passé révolu… La citadelle était devenue un site touristique, classé au patrimoine mondial de l’humanité, les Alépins étaient fiers de leur cité tranquille et sûre. Mais voici que la violence que nous avions crue définitivement enfouie, a ressurgi et que depuis deux longues années de ténèbres et de sang on se bat pour Alep, sauvagement, sans foi ni loi. Ville témoin, ville martyre, la ville se disloque, brûle, disparaît, s’efface. Alep est devenue un terrible champ de bataille, et voici la citadelle retournée à sa fonction première – celle d’une forteresse, prise dans une âpre guerre entre frères syriens, un site à occuper et à capturer, une nouvelle fois.

Vue de l'entrée monumentale de la Citadelle d'Alep. Photographie de l'auteur.


Vue de l’entrée monumentale de la Citadelle d’Alep.
Photographie de l’auteure.


Q
alat Halab : la citadelle d’Alep. C’est là qu’en l’an 1191, le théosophe Sohravardî fut condamné comme infidèle pour avoir proclamé que Dieu pouvait en tout temps susciter un prophète. Le philosophe de la Lumière, le « Shaykh al-Ishrâq », devint le « Shaykh al-Maqtûl », le Shaykh « mis à mort ». Il périt en martyr à l’âge de 36 ans. Les Alépins, jusqu’à nos jours, lorsqu’ils tournent leurs regards vers la citadelle, se souviennent de son sang, versé pour la Lumière.

Buste de Sohravardî d'Alep. Fonds privé.

Buste de Sohravardî d’Alep.
Fonds privé.

 

Sohravardî d’Alep a laissé plusieurs textes,
au nombre desquels un traité intitulé
Le bruissement des ailes de Gabriel. Il y met en scène la rencontre d’un homme avec dix Sages. Leur magnificence, leur majesté et leur chevelure de neige, l’émerveillèrent au plus haut point. L’homme, désireux d’apprendre et de comprendre, demanda alors à l’un d’eux de l’instruire :
– « A quoi occupez-vous la plupart de vos instants ? »
Et le Sage lui répondit :
– « Sache que notre travail est la couture. De plus, nous sommes, tous, les gardiens du Verbe de Dieu (Kalâm-e Khodâ) » (Sohravardî 1976, p. 229).

Les Sages à la chevelure de neige occupent la plupart de leurs instants à coudre.
Ils travaillent à relier ce qui était détaché, à remédier à la déchirure. Leur sagesse consiste à élaborer la continuité, « le produit de leur art ne peut être ni déchiré ni perforé » (Sohravardî 1976, p. 230).

Ils construisent la cohérence du monde et, par leur travail, redonnent sens aux êtres et aux choses. Lire et relire, coudre et recoudre. Recoudre les plaies béantes, retrouver du sens lorsque nous avons le sentiment de sombrer dans l’absurde… Lire et relire, coudre et recoudre… Faisons mémoire aujourd’hui de l’histoire d’Alep. Afin de saisir la gravité des événements en cours. Afin de comprendre que ce sont les racines, les fondements de l’Humain qu’on laisse aujourd’hui brûler. Faisons mémoire aujourd’hui de l’histoire d’Alep. Afin de mesurer l’ampleur du crime que l’humanité laisse depuis deux années commettre contre son propre berceau. Notre procession se déroulera tel un sombre chapelet de basalte le long de la muraille de la cité, à travers les portes d’Alep. Jadis, la muraille était perforée de 21 portes. Aujourd’hui, neuf d’entre elles subsistent encore. De la dixième, Bâb el-Salâm, la porte de la paix, au nord-ouest de la porte d’Antioche, il ne subsiste plus rien, rien qu’un lointain souvenir.

Florence Ollivry

 

Référence bibliographique :

S. Y. Sohravardî 1976, L’archange empourpré, Quinze traités et récits mystiques, traduction du persan et de l’arabe par H. Corbin, Collection « Documents spirituels », Fayard, Paris.

 

Un danseur syrien sur Britain’s Got Talent

Falah Hassan, jeune danseur syrien au nom de scène Poppin’ Ron, illustre son talent sur Britain’s Got Talent au cours de la 6e semaine d’audition.

Poppin Ron, poppin and a lockin on the BGT stage | Week 6 Auditions
Britain’s Got Talent 2013

 

La presse anglaise raconte l’histoire de Falah Hassan :

Unreality TV, 19 mai 2013, Britain’s Got Talent 2013: Falah Hassan aka Poppin’ Ron reveals his parents were butchered in Syria under Bashar al-Assad’s evil regime, par TV Writer Lynn.

MailOnline, 19 mai 2013, ‘My brother and I were saved by angels’: Britain’s Got Talent dancer Falah Hassan reveals how his neighbours helped him flee after his parents were murdered in Syria, par Shari Miller.

Mirror, 19 mai 2013, Britain’s Got Talent dancer Falah Hassan reveals his parents were butchered in Syria, par Nathalie Edwards.


Facebook
: Poppin’ Ron.

 

Un chanteur syrien sur Arab Idol

Abdel Karim Hamdan. Photographie de jtmagz.com

Abdel Karim Hamdan.
Photographie de jtmagz.com

 

L’Alépin Abdel Karim Hamdan chante les souffrances de la Syrie, à travers une chanson qu’il a composée et interprétée devant le jury de Arab Idol.
La prestation de sa chanson « Alep, source de douleur » a eu un écho dans le monde entier.

Visualiser et écouter : Alep, source de douleur
                                    Audition à Arab Idol

 


Titres de presse
:

L’Express, 5 mai 2013, Sur Arab Idol, un jeune chanteur syrien bouleverse le monde arabe, par Erwan Morice.

JOL Press, un autre regard sur le monde, le 9 mai 2013, « Arab Idol » : un jeune Syrien chamboule les téléspectateurs, par Louise Michel D.

Facebook : AbdelKarimHamdanOfficial.

Safwan Dahoul à Londres

Safwan Dahoul,  'Dream 61', 2013, Acrylic on Canvas, 180 X 200 cm. Photographie : Ayyam Gallery.

Safwan Dahoul, ‘Dream 61’, 2013,
Acrylic on Canvas, 180 X 200 cm.
Photographie : Ayyam Gallery.

L’artiste Safwan Dahoul expose son art à Londres :
Gulf Times, 13 mai 2013, Angel of Damascus in distress for Syria, par Denise Marray.

Safwan Dahoul, Repetitive Dreams, May 9 –June 15, 2013, Ayyam Gallery London
and Edge of Arabia, May 8 –June 2.
www.ayyamgallery.com
www.edgeofarabia.com

Présentation en anglais de l’exposition : Ayyam Gallery, London.

Safwan Dahoul : www.safwandahoul.com

 

Bab Sharqi, Damas… Carrefour de souvenirs, paradis du présent et promesse de l’avenir !


باب شرقي … تقاطع زكريات و جنة الحاضر و المستقبل

Vue de Bab Sharqi. Photographie de Ziad Salloum.

Vue de Bab Sharqi.
Photographie de Ziad Salloum.

باب شرقي و مين ما بيعرف باب شرقي ، بلشت كتير قصص هونيك و انتهت قصص هونيك ، مشينا و مشينا ، ضحكنا و بكينا، رحنا و أجينا ، باليل و بالنهار و دايمن من باب شرقي … ما رح أحكي عن كل القصص بكل الأديان عن هالمكان ، يمكن موهالمرة … المحبة ألي بقلبنا كلنا و الزكريات كلياتا بهالمكان أهم و أحلى من أيا قصص و أي أساطير ، من لما خلقت سوريا باب شرقي كان، ,، فيو عشنا من يوم ألي خلقنا اسلام و مسيحية و يهود، سوريين و مبسوطين، مع المشاكل و مع الفقر عايشين و مع بعض قدرانين نكمل مبسوطين

Vue de Bab Sharqi depuis la Rue Droite. Photographie de Adam Warda.

Vue de Bab Sharqi, depuis la Rue Droite.
Photographie de Adam Warda.