« Rituel pour une métamorphose »

Mis en avant

Fonds de la Comédie-Française

Fonds de la Comédie-Française

 

Rituel pour une métamorphose est une pièce de théâtre qui fut écrite en 1994 par le dramaturge syrien Saadallah Wannous (1941-1997) ; elle a été traduite en français par Rania Samara qui collabora à la version scénique aux côtés de Suleyman Al-Bassam, metteur en scène, à l’occasion de son entrée au répertoire de la Comédie-Française.

 

Pour celles et ceux qui n’ont pu assister à sa représentation au théâtre du Gymnase de Marseille (du 29 avril au 7 mai 2013) ou à la Comédie Française de Paris (18 mai au 11 juillet 2013), vous trouverez ci-dessous une série de documents qui présentent l’œuvre engagée de Saadallah Wannous.

Biographie de l’auteur :
Saadallah Wannous est né en 1941 près de Tartous, en Syrie. Après des études de journalisme au Caire, il écrit pour les pages culturelles du journal Al-Baath en Syrie et As-Safir au Liban, tout en commençant une carrière d’auteur dramatique. À la fin des années 1960, il part étudier le théâtre à Paris. À son retour à Damas, profondément influencé par divers courants théâtraux européens, il milite en faveur d’un théâtre mêlant traditionet modernité, et participe à la création du premier festival de théâtre du monde arabe. Il fonde, à la fin des années 1970, l’Institut supérieur du théâtre de Syrie, ainsi qu’une revue, La Vie théâtrale, dont il devient rédacteur en chef. Partisan d’un théâtre politique, en prise avec la société, ses pièces se veulent émancipatrices et explorent sans concession les liens entre l’individu et le pouvoir. Considéré comme l’un des plus grands hommes de théâtre de langue arabe, il meurt prématurément d’un cancer en 1997.
(biographie tiré du site de la Comédie-Française)

Résumé de la pièce :
Pour rétablir son autorité et celle de la religion, le mufti de Damas tend un piège au prévôt des marchands, Abdallah, qu’il fait surprendre en flagrant délit de débauche avec Warda, une courtisane. Puis, pour confondre le chef de la police qui a procédé à l’arrestation, il demande à Mou’mina, la femme du prévôt, de se substituer en cachette à la courtisane emprisonnée. Le prix demandé par Mou’mina en échange de cette humiliation va bouleverser de fond en comble l’équilibre social de la ville : se libérer enfin du poids de son mariage en choisissant la vie de courtisane. Avec son corps, du seul fait de sa beauté, de sa séduction et de son intelligence, Mou’mina, devenue Almâssa (le diamant), va défier et déjouer l’hypocrisie des mécanismes de domination entretenus par les hommes, et mettre ces derniers face à leurs contradictions les plus intimes. Elle paiera le prix fort du chaos qu’elle a engendré.
(résumé tiré du site de la Comédie-Française)

Documents en pdf à télécharger :
Dossier de presse établi par la Comédie-Française : Rituel pour une métamorphose
Dossier thématique issu du programme établi par la Comédie-Française :
L’Orient et le répertoire de la Comédie-Française
Dossier image établi par la Comédie-Française : La pièce en images
Dossier pédagogique établi par Cécile Roy-Fleury et édité par le CRDP de Paris :
Pièce (dé)montée, n°163, mai 2013

Web reportage :

Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire (2)

Mis en avant


Les neuf portes d’Alep – Procession évocatoire

Texte écrit en hommage aux victimes du bombardement de l’Université d’Alep, dans le cadre de la manifestation « Alep ville ouverte »,
organisée par l’association Norias à Paris le 22 février 2013

Vue d'Alep. Fonds privé.

Vue d’Alep.
Fonds privé.

Nous faisons halte devant la première porte. Elle a pour nom Bab al Maqâm :
la porte du sanctuaire.

Vue de la porte Bab al-Maqam. Fonds privé.

Vue de la porte Bab al-Maqam.
Fonds privé.

C’est ici, d’après les alépins, que séjourna Abraham, Ibrâhîm, le père des trois monothéismes, alors qu’il remontait le cours de l’Euphrate pour se diriger vers Égypte.
En ces lieux,le patriarche aurait trait une vache appelée « al-shahba », la grise.
C’est pourquoi les mendiants, lorsqu’ils font appel au bon cœur des passants alépins disent parfois : « Halab Abraham », « Abraham a trait sa vache ». D’où, selon certains, le nom de la ville d’Alep : « Halab al-Shahba », il a trait la blanche. Le nom d’Alep revêt une signification à la fois sainte et terre à terre, un caractère qui relève autant du sacré que de la subsistance quotidienne. « C’est une ville de lait et de marbre, rien ne nourrit davantage l’esprit d’Alep que sa cuisine et ses pierres » (La Syrie, terre des minarets en ruines et des petites filles décapitées, http://www.slate.fr).

Mosquée d'Abraham.  Fonds privé.

Mosquée d’Abraham.
Fonds privé.

Florence Ollivry