LE PATRIMOINE SYRIEN EN PERIL

Mis en avant

Le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a décidé, le 20 juin 2013, d’inscrire tous les sites de la République arabe syrienne, de label Unesco, sur la liste du patrimoine en péril, afin de sensibiliser l’opinion mondiale. Cette mesure exceptionnelle s’avère, pourtant, insuffisante… Ce colloque se propose d’engager une réflexion qui permettra de définir des actions pour la sauvegarde de ce patrimoine en péril. Il débutera par l’exploration de la dimension matérielle, historique et symbolique du patrimoine syrien, et par un état des lieux de celui-ci et des institutions qui en sont chargées en Syrie, avant et depuis l’éclatement du conflit.

Seront abordées ensuite, les actions qui sont d’ores et déjà menées pour la protection de ce patrimoine par différents groupes d’acteurs, relevant des secteurs associatifs ou institutionnels.

Enfin, ce colloque se clôturera par une réflexion sur la manière dont un groupe d’experts, venus d’horizons divers, pourrait œuvrer à préparer l’après conflit, à la lumière d’autres expériences dans le monde.

COLLOQUE A L’INSTITUT DU MONDE ARABE  LE MERCREDI 30 AVRIL 2014 – 11H / 18H – AUDITORIUM (NIVEAU -2)

Entrée libre dans la limite des places disponibles


PROGRAMME

11h-13h

– Allocution de M. Jack Lang, président de l’IMA

1ère séance : La dimension matérielle, historique et symbolique du patrimoine syrien et état des lieux avant et depuis la révolution

Séance animée par Christophe Ayad, journaliste au Monde, auteur d’une enquête sur le patrimoine syrien, « L’autre drame syrien » (Le Monde, 23/1/2014).

Michel al-Maqdissi, docteur ès lettres de la Sorbonne en archéologie orientale : Dimension historique et symbolique du patrimoine syrien ; et situation de l’archéologie avant 2011.

Sophie Cluzan, conservatrice du Patrimoine au Musée du Louvre, département des Antiquités orientales : Considérations générales sur l’état du patrimoine syrien jusqu’en 2011 : institutions concernées, état des musées, sites en péril, sites classés UNESCO, etc.

Lecture de points du rapport de la DGAMS

Cheikhmous Ali, docteur en archéologie du Proche-Orient ancien : La veille sur le patrimoine syrien et l’état des musées, sites, monuments en avril 2014.

Jacques Montluçon, ingénieur : Les savoir-faire syriens : un patrimoine immatériel en grand danger.

Annie Sartre, professeur des Universités en Histoire ancienne : Le Hauran, l’état de son patrimoine avant les événements. Pourquoi faut-il le protéger et quelles sont les erreurs à ne pas perpétuer ?

14h30 – 16h00

2ème séance : Les actions menées par divers organismes et associations

Nada el-Hassan, Chef d’Unité des Etats arabes – Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO : Patrimoine en péril, approches et actions de l’UNESCO

Samir Abdulac, secrétaire général de l’ICOMOS France (conseil international des monuments et des sites) : Actions de l’ICOMOS pour l’aide à la sauvegarde du patrimoine syrien.

Jad Tabet, architecte, vice-président de Patrimoine sans frontières : La démarche de Patrimoine sans frontières.

Rijad  Mehmedi, archéologue, doctorant en archéologie du Proche-Orient ancien (Strasbourg) : Actions des associations de sauvegarde du patrimoine syrien.

Pierre Leriche, directeur du projet franco-syrien de Doura Europos : L’aspect patrimonial de l’action de la Mission franco-syrienne d’Europos Doura.

Pascal Butterlin, professeur d’archéologie à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne et directeur de la mission archéologique française de Mari : Les mesures de  sauvegarde à Mari depuis trois ans.

16h30-18h

3ème séance : Table-ronde

Vers la constitution d’un groupe d’experts

Présidée par Sophie Cluzan et Annie Sartre Participants : Sophie Cluzan, Annie Sartre, Samir Abdulac, Michel al-Maqdissi, Cheikhmous Ali, Jacques Montluçon et Pascal Butterlin.

 

 

Ce même 30 avril, l’Institut du monde arabe inaugure (à 18h30) une exposition d’art contemporain intitulée « Syrie : Cris-action, artistes en création » et organisée avec l’association Démocratie et Entraide en Syrie (salle d’actualité, niveau 0, jusqu’au 22 juin). Entrée libre.

Article tiré du site web de l’IMA et disponible à cette adresse : https://www.imarabe.org/colloque/le-patrimoine-syrien-en-peril

La noria al Salam

 

Noria al Salam.   Photographie de Nicolas T. Camoisson

Noria al Salam.
Photographie de Nicolas T. Camoisson

La noria al Salam a fait partie des 23 interventions artistiques sélectionnées pour l’Exposition Internationale de Zaragoza 2008 (Espagne) par un jury international composé de membres représentant le monde artistique. Le thème « L’eau et le développement durable » exigeait que les candidats aboutissent à une intégration exemplaire de leur œuvre dans le paysage. La réalisation du projet de la noria al Salam, après sa sélection, a nécessité deux ans de travail in situ et en Syrie.

La noria al Salam a incarné non seulement l’élévation et le partage de l’eau, l’écoute et le respect du rythme des saisons, mais aussi et surtout la résurgence d’al Andalus, l’esprit d’une époque unique où les trois religions révélées ont su échanger et partager savoirs et connaissances, malgré les conflits.

Sur les terres aragonaises, elle a rappelé que ses sœurs aînées élèvent l’eau depuis 2000 ans, du fleuve de l’Oronte vers les terres, qu’elles ont été les majestueuses ambassadrices du génie hydraulique arabe, influençant, depuis des siècles, la réflexion sur l’élévation et la distribution de l’eau dans l’aire méditerranéenne.

Au-delà de son impact visuel, c’est la puissance symbolique de la noria al Salam qui a déterminé sa présence et son rôle prépondérants lors de l’Exposition Internationale.
Le voyage d’al Salam à Zaragoza 2008 a fait de ce chef d’œuvre artisanal bimillénaire une œuvre d’art en dialogue avec le monde contemporain. Désormais, accolée à l’Édifice de Cabecera qu’elle alimente, elle répond, par son ancestrale simplicité, aux technologies les plus avancées et ouvre la voie à une réflexion sur une gestion durable de l’eau.

La roue mesure 16,50 mètres de diamètre. Elle est la plus grande noria d’Europe. Composée de cinq essences de bois – chêne, noyer, mûrier, eucalyptus et peuplier –  elle comprend 24 bras et 96 godets. Les arbres nécessaires ont été coupés et séchés en Syrie. La roue a été montée au sol à Hama puis elle a traversé la Méditerranée pour être remontée à Zaragoza.

Noria al Salam. Photographie Nicolas T. Camoisson

Noria al Salam. Photographie Nicolas T. Camoisson

L’aqueduc sur lequel repose la roue est en béton. À la différence des aqueducs de Hama, il est axé sur un principe de légèreté et de transparence pour révéler la puissance et la fluidité de la roue. Les trois ouvertures obtenues dans la tour offrent à la lumière et à l’eau de nouveaux espaces d’expression. Le canal du haut, en métal noir, fait la jonction avec l’édifice de Cabecera, point central de l’alimentation en eau pour le site de l’Exposition Internationale.

Durant sept semaines, les artisans des norias de Hama ont monté la roue sur un aqueduc étranger. Ce voyage de quinze Hamaouites qui n’avaient jamais quitté leur ville, jamais pris l’avion, jamais passé une frontière, ce voyage-là, autant que la réalisation de la noria, était au cœur de l’œuvre en tant qu’expérience et démonstration des possibles ouvertures, liens et échanges que l’on peut créer entre les peuples pour le bénéfice de tous.

Il s’agissait aussi d’un rêve que Marion Coudert et Nicolas Camoisson avaient fait naître dans l’esprit des artisans au fur et à mesure de leur amitié, l’enrichissant et le rendant plus concret à chacune de leur venue en Syrie. En 2002, l’objectif premier du projet « Norias » était d’impulser la protection des norias au Patrimoine de l’Unesco avec, comme levier, une exposition et un ouvrage présentés en Europe.

Ce rêve, devenu une réalité différente à l’obtention du concours par les artistes, était aussi une prise de risque : comment les artisans allaient-ils percevoir l’Occident à travers le filtre d’une exposition internationale, dans l’euphorie tant médiatique que financière où se trouvait, à ce moment-là, la ville de Zaragoza ? Que retiendront-ils des hommes et des femmes rencontrés ici au cours de ce voyage ? Comment vivront-ils leur propre étrangeté ? Comment intégreront-ils des conditions de travail et de sécurité si éloignées de leur quotidien ? Aventure hors du commun, parfois dure, toujours dense, traversée sans filets d’une inconnue à écrire, ce voyage chantier a eu pour principes le dépassement pour aboutir et l’ouverture à l’autre.

Marion Coudert
http://coudertmarion.blogspot.fr/

Liens :
http://coudertmarion.blogspot.fr/2013/05/il-y-aura-un-chemin.html
http://coudertmarion.blogspot.fr/2013/05/ecoutez.html
http://collectifterritoires.com/fr/content/le-projet-noria